#Plusde70kgEtSereine : le hashtag qui remballe les grossophobes sur Twitter #Plusde70kgEtSereine : le hashtag qui remballe les grossophobes sur Twitter

News

#Plusde70kgEtSereine : le hashtag qui rembarre les grossophobes sur Twitter par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 18 Juin 2019

Nouvelle arme de la body-acceptance, le hashtag #Plusde70kgEtSereine a fait son apparition sur Twitter pour lutter contre la grossophobie. Explications.

Sur Twitter, le hashtag #Plusde70kgetSereine, lancé mi-juin par Elawan, twitta à la tête de la chaîne Youtube « Pensées & Blablas d’Elawan », dénonce les discriminations faites envers les femmes en surpoids, les grosses. Tout est parti d'un tweet d’un jeune homme, qui disait : "comment toi en tant que femme tu peux peser plus de 70kg et être sereine?", raconte l'intéressée. "Au début, je ne voulais pas réagir. C’est typiquement le genre de messages que je peux voir une dizaine de fois par jour sur les réseaux sociaux. Mais cette fois, je me suis dit ‘pourquoi ne pas le piquer, l’embêter un peu’', détaille-t-elle.

Nouveau symbole d’un combat égalitaire, #Plusde70kgEtSereine invite les concernées à poster des photos d’elles, souvent accompagnées de messages prônant l’acceptation et l’estime de soi. Une initiative qui a permis a des centaines de femmes de s'assumer un peu plus sur les réseaux, ou de les soutenir. Mais sans surprises, le hashtag n’a pas fait l’unanimité sur la Toile, générant une avalanche de commentaires médisants de la part des body-shamers. Pour ces derniers, la fat-acceptance ou fat-positivity - soit assumer son surpoids - c’est faire la promotion de l’obésité et donc, tout confondre. "On m’a même dit un jour que je véhiculais un discours dangereux et que si je voulais mourir vite, je ne devais pas entraîner les autres avec moi, se désole Elawan. Ce que je constate, c’est que ça dérange énormément les personnes grossophobes de voir des personnes grosses s’en foutre des diktats de beauté, se battre pour ne plus être discriminées à l’emploi, chez le médecin ou tout simplement, exister et vivre en paix avec son corps", revendique-t-elle.

En contre-attaque au mouvement, a surgi de nulle part le hashtag #Moinsde50kgetSereine, pour soutenir les femmes plus minces, qui peuvent être complexées et elles aussi, discriminées. Un autre combat, légitime, mais qui n’avait pas lieu d’être dans ces circonstances confirme Elawan. "Je comprends tout à fait que des persones minces soient en colère d’être constamment moquées et body-shamed parce qu’elles sont minces. Mais là n’était pas sujet." Elle le rappelle : toutes les femmes sont sujettes au sexisme et au body-shaming, mais toutes ne subissent pas la grossophobie. "Certaines femmes, les plus minces, bien qu’elles puissent subir des remarques désobligeantes sur leur poids ou leur physique, leurs corps restent normés et jamais elles ne seront discriminées à l’embauche ou chez un médecin leur demandant de grossir, ou même de maigrir, avant une opération ou d’être soignée, par exemple", note-t-elle.

Dans la guerre des hashtags, et surtout des morphologies, le hashtag #JeSuisUneFemmeetSereine est venu mettre un terme au débat avec pour objectif de revendiquer la beauté de tous les corps et de rassembler toutes les femmes sous un même et seul drapeau. Bien qu’il ait tendance à invisibiliser la grossophobie, il a pour mérite de véhiculer un message fort : est enfin venue l’heure des femmes, de toutes les femmes, quel que soit leur poids.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires