Photo Henna Heals

News

Photos : des têtes tatouées au henné après la chimiothérapie

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 13 Mai 2014

L'association canadienne Henna Heals a eu l'idée de tatouer les têtes de personnes ayant subi une chute de cheveux à la suite d'une chimiothérapie. Une jolie alternative aux foulards et perruques.

Pour aider les personnes atteintes d'alopécie (accélération de la chute de cheveux) qui ont survécu à un cancer, Henna Heals, une association canadienne de 150 artistes-tatoueurs fondée en 2011, a eu l’idée de maquiller leur tête.###twitter###"Nous dessinons des couronnes de henné pour aider ces personnes à reprendre le pouvoir après avoir perdu leurs cheveux", explique l'association sur son site internet. Une manière d’aider également les patientes à se sentir féminines et qui constitue une jolie alternative aux perruques et foulards, parfois mal supportés. En effet, outre le fait que ces derniers soient peu agréables à porter, ils ont toujours une certaine connotation qui renvoie à la maladie. Un tatouage au henné dure en moyenne 2 semaines. "Nous voulons vous mettre en valeur. Nous voulons vous aider à vous sentir belles/beaux, vous donner confiance en vous, vous transformer en une œuvre d’art ambulante", a précisé l'association sur son groupe facebook.

Découvrez quelques-uns de leurs dessins.

 


Retrouvez toutes les photos de tatouages sur le site internet de l'association --> http://www.hennaheals.ca/

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

Anne-Yasmine Machet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus