Paris : l’amour entre parisiens… Paris : l’amour entre parisiens…

News

Amour : les Parisien.ne.s discriminent le habitant.e.s de Seine-Saint-Denis par Zoé Puyremond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 20 Décembre 2018

Selon une étude de l’Ifop publiée le 17 décembre 2018, les Parisiennes et Parisiens privilégient les partenaires amoureux de Paris intra-muros. Au détriment des résident.e.s de Seine-Saint-Denis, mais aussi, des personnes non-blanches.

Vous êtes Parisien.ne ? La dernière étude de l’Institut Français d’Opinion Publique (Ifop) va vous faire réfléchir à vos choix amoureux. Via un questionnaire mis en ligne entre le 4 et le 20 mai 2018, l’organisme a recueilli 2 007 réponses sur le couple. Et si on pouvait s'attendre à ce que les habitant.e.s de la capitale prônent la mixité sociale, géographie et/ ou ethnique, le résultat, publié le 17 décembre 2018, révèle tout le contraire... Car si seulement 8% des Parisien.ne.s avouent prendre en compte le lieu de résidence d'un.e futur.e partenaire, dans les faits, ils.elles sont à 69% en couple avec un.e habitant.e de Paris intra-muros.

Et le lieu de résidence n'est pas la seule information qui importe aux personnes interrogées, puisque 62% des Parisiennes hétérosexuelles de l'étude affirment ne pas vouloir se mettre en couple avec un homme d’origine sub-saharienne et 57%, s'il vient du Maghreb ou du Moyen-Orient. L’Ifop expliquant qu'ils sont "souvent présentés comme porteurs d’une culture conservatrice peu respectueuse des principes d’égalité entre les sexes" par les femmes sondées. Par ailleurs, 1 Parisienne sur 3 ne veut pas non plus être en couple avec un homme habitant en Seine Saint-Denis, alors que 12% seulement refusent de convoler avec un résident des Hauts-de-Seine, département moins populaire. Par contre, s'il s'agit uniquement d'une relation sexuelle, le rejet envers le 93 plafonne à 27%.
De quoi questionner nos préférences sentimentales et sexuelles, et nos biais discriminants, notamment contre les personnes issues des quartiers populaires et/ou non-blanches. De nombreuses témoignages dénonçant actuellement la fétichisation raciste dans le cadre du couple et sur les applis de rencontre comme Tinder ou Happen.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires