Paris : la pollution dans le métro jusqu'à 30 fois plus élevée que dans la rue Paris : la pollution dans le métro jusqu'à 30 fois plus élevée que dans la rue

News

Paris : la pollution dans le métro jusqu'à 30 fois plus élevée que dans la rue par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 14 Mars 2019

Des mesures révélées par les journalistes du "Parisien" ce 7 mars 2019 montrent que le taux de pollution peut être jusqu’à 30 fois plus élevé dans le métro qu’à l’air libre.

Un constat alarmant
Si vous pensiez échapper aux gaz d'échappement en vous réfugiant dans les couloirs du métro, c'est raté ! Ce vendredi 7 mars 2019, des journalistes du Parisien sont allés prendre des mesures dans les différentes stations de métro de Paris à l'aide d'un détecteur, pour se rendre compte de la pollution. Verdict : le taux de particules fines relevé à Chatelet est de plus de 200 µg(microgrammes)/m3 d'air, alors que la moyenne annuelle en extérieur à Paris est de 15 µg/m3 d'air. Dans certaines stations, on note des niveaux jusqu’à 30 fois plus élevés qu’à l’extérieur de la station La Défense. Heureusement, les arrêts comme Franklin Roosevelt, Nation ou Porte de Bagnolet, affichent des seuils plus bas. "C’est pour cela qu’il faut cartographier le métro, identifier les points chauds, les expliquer et ainsi, pouvoir les traiter", suggère un spécialiste de la mesure de la qualité de l’air au Parisien


La pollution responsable de 8,8 millions de décès dans le monde chaque année

Selon une étude publiée mardi 12 mars 2019 par la revue scientifique European Heart Journal, la pollution serait responsable de 8,8 millions de décès par an dans le monde, dont 67 000 en France. Une situation qui préoccupe encore plus les salariés de la RATP que les usagers. "Il y a une grande inquiétude chez les salariés qui restent au moins 6h30 là-dessous. En octobre, la RATP nous a présenté un plan d’actions de 45 millions d’euros. C’est bien qu’il y a un danger !", relate Bastien Berthier, de l’Unsa-RATP au Parisien. De son côté, la RATP assure qu'elle respecte la réglementation du Code du travail, sur l’exposition aux poussières : "pour les voyageurs, il n’y a pas de valeurs réglementaires. Pour les salariés, c’est le Code du travail qui s’applique. Il ne parle pas de PM 10 ou 2,5, mais de poussière totale (seuil à 10 mg/m3) et de poussières alvéolaires (5 mg/m3). Ces valeurs sont respectées", indique la responsable du développement durable à la RATP, Sophie Mazoué, au journal.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires