Paris est la ville française qui fait le plus d’efforts pour lutter contre la pollution Paris est la ville française qui fait le plus d’efforts pour lutter contre la pollution

News

Paris est la ville qui fait le plus d'efforts pour lutter contre la pollution de l'air par Margot Ferger

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 12 Décembre 2019

Alors que les élections municipales arrivent à grand pas, un classement des douze grandes agglomérations françaises qui ont le plus lutté contre la pollution de l'air a été dévoilé ce mercredi 11 décembre 2019. Cinq thématiques ont été prises en compte par les expert.e.s. Voici lesquelles.

#1 La sortie des véhicules polluants des centres-villes

Pour lutter contre la pollution de l'air en ville, il faut commencer par désengorger les centres-villes. Réseau action climat France, Greenpeace France et Unicef France, à l'origine de ce classement, distinguent deux villes pour leurs politiques en la matière : Paris et Strasbourg. La capitale a en effet une "zone à faible émission" (ZFE) déjà opérationnelle. Elle vise à l'élimination progressive des véhicules les plus polluants. Un calendrier y est fixé pour atteindre une interdiction complète du diesel en 2024, ainsi que celle de tous les véhicules thermiques en 2030. Strasbourg a quant à elle mis en place une ZFE pour les véhicules de livraison dans le centre-ville depuis 2018, et la métropole a récemment acté la mise en oeuvre d’une nouvelle zone pour tous les types de véhicules avec une interdiction complète du diesel d’ici 2025 dans le centre et d’ici 2030 pour l’agglomération.

#2 La réduction de la place de la voiture

Dans cette catégorie, on retrouve à nouveau Paris, mais surtout Grenoble qui arrive en tête de liste grâce à une "politique volontariste". L'Isère a également étendu sa zone piétonne et généralisé la limitation de vitesse à 30 km/h sur la quasi-totalité de sa métropole. Quant à Paris, le rapport cite des mesures positives : "la réduction du stationnement en voirie, le réaménagement de sept grandes places, la requalification de voies de circulation automobile en pistes cyclables (…) et, surtout, la fermeture des voies sur berges".

#3 Les aides financières pour changer de mode de transport

Cette fois-ci, c'est Paris, Lyon et Grenoble qui sont jugées les plus efficaces. La capitale compte une trentaine d'aides aux particuliers, aux professionnels et aux primo conducteurs, et Lyon et Grenoble ont toutes deux mis en place un programme de financement pour aider les artisans des TPE (Toutes Petites Entreprises) et des PME (Petites et Moyennes Entreprises). Bon point pour Lyon, qui propose également une aide de cent euros pour l'acquisition de vélos.

#4 Le développement du vélo et des transports en commun

Strasbourg est la ville française qui a le plus oeuvré pour le développement du vélo. Selon le baromètre de la Fédération des usages de la bicyclette (FUB), en 2017, la ville était la seule métropole française considérée comme "favorable" à la pratique du vélo. Quant au développement des transports en commun, quatre agglomérations se démarquent. Strasbourg et Nantes ont par exemple mis en place une tarification solidaire, indexée sur les revenus et qui s’applique à tous les usagers. Lyon vient quant à elle d’inaugurer sa sixième ligne de tramways, et Paris vient de prolonger son réseau. 

#5 La protection des enfants face à la pollution

C'est le point noir du classement puisque aucune mesure concrète n’a encore été mise en place. On note quelques aménagements à Nantes, Strasbourg et Grenoble autour des écoles mais les expert.e.s recommandent une piétonnisation aux abords de toutes les crèches et les écoles en France, ainsi que l’apprentissage du vélo à l’école d’après les associations. La conclusion est sans appel : aucune des agglomérations françaises n’est réellement exemplaire selon Réseau action climat France, Greenpeace France et l'Unicef. Pour Lorelei Limousin, du Réseau action climat France, "bien qu'il n'y ait aucun doute sur le rôle majeur des transports dans le réchauffement climatique et la pollution de l'air, la très grande majorité des villes et métropoles françaises tardent à s'engager vers la fin de la voiture individuelle essence ou diesel et la sortie du tout-voiture ". Il donc reste du chemin à parcourir surtout pour Montpellier, Nice et Marseille qui arrivent bonne dernières. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires