#NousToutes : qu’est-ce que #NousAussi, la marche féministe et politique du 24 novembre ? #NousToutes : qu’est-ce que #NousAussi, la marche féministe et politique du 24 novembre ?

News

Marche féministe du 24 novembre : qu'est-ce que le mouvement #NousAussi ? par Coline Clavaud-Mégevand

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 20 Novembre 2018

Ce samedi 24 novembre, un peu partout en France, auront lieu des marches féministes estampillées #NousToutes. Auquel se joint un mouvement complémentaire, sous la bannière #NousAussi. Explications.

Depuis un an et dans la continuité du mouvement #MeToo, des marche féministes s’organisent à travers la France, et se tiendront sous l’étiquette #NousToutes ce samedi 24 novembre. Le mot d’ordre ? "Mettre fin aux violences sexistes et sexuelles qui pourrissent la vie des femmes", porté par des associations féministes (le Planning Familial, la Fédération Nationale Solidarité Femmes, Une Femme Un Toit…), mais aussi de simples citoyennes.
 


Mais #NousToutes n’est pas le seul mouvement à appeler à descendre dans la rue : depuis plusieurs semaines, d’autres organisations se mobilisent pour faire entendre leur voix. Violette, militante féministe queer, explique : "Je fais partie du Witch bloc, un collectif qui utilise la figure de la sorcière comme outil politique. Début septembre, nous avons commencé à nous interroger sur #NousToutes. Nous nous réjouissions de l’ampleur que prenait le mouvement, tout en nous demandant si certaines femmes n’allaient pas être invisibilisées". Au premier rang desquelles, les femmes racisées, c’est-à-dire victimes du racisme systémique, mais aussi voilées, trans, en situation de handicap ou encore, travailleuses du sexe. Fatima, militante de Lallab, confirme : "Notre association, qui est féministe, antiraciste (et areligieuse), et qui fait entendre la voix des femmes musulmanes trop longtemps silenciées, remarque que certaines d'entre nous restent oubliées des grands mouvements pour l’égalité. Leur expérience est sujette à débat (je pense notamment aux femmes voilées, qui sont victimes de stigmatisation dans leur vie professionnelle, académique...), et dans le cadre de ces débats, on finit par ne plus les entendre." Quand ce n’est pas leur façon de mener le combat féministe qui est remis en question, car jugé trop radical…  

C’est fortes de ce constat que des militantes ont créé le mouvement #NousAussi. "L’idée n’est pas, comme on peut le lire dans certains médias ou sur les réseaux sociaux, de diviser, précise Fatima. Mais plutôt, d’apporter notre pierre à l’édifice du combat féministe, et de maintenir un rapport de force avec les institutions, médias et politiques en tête." Morgane Merteuil, ex-porte parole du Syndicat des Travailleur.euse.s du Sexe et initialement membre du comité d’organisation de #NousToutes, a également expliqué sur Twitter sa décision de rejoindre #NousAussi, sans que l’initiative ne devienne un contre-mouvement.
 

(Cliquez sur le tweet pour dérouler le thread)


Pour Violette, "le fait qu’au départ, #NousToutes ait convié des militantes pro-travail du sexe montre une volonté d’ouvrir le mouvement. C’est une bonne chose, mais nous voulons aller encore plus loin, en garantissant que toutes les femmes pourront se faire entendre le jour J", précise-t-elle. Même discours chez Fatima : "Si une femme voilée m’explique subir des attaques misogynes spécifiques, je veux l’entendre et me battre à ses côtés. Pareil pour une travailleuse du sexe qui subit la répression policière, ou une femme noire qui vit la négrophobie." Une volonté de politiser au maximum le rassemblement, dans le même esprit que lors de la Marche des fiertés de juin dernier, où des collectifs de personnes queer et trans racisées avaient pris la tête du cortège. Le 24 novembre, #NousAussi entend bien ouvrir la marche, mais aussi poursuivre le dialogue avec les différentes branches du féminisme moderne. "Parce que nous militons toutes pour nos droits, mais nous n’avons pas toutes le même vécu", conclut Fatima.

 

Les informations pour marcher samedi 24 novembre sont disponibles sur les groupes Facebook de #NousToutes et #NousAussi. Les hastags consacrés à l'événement : #NousToutes, #NousAussi et #Jemarchele24.

 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus