Netflix pourrait cesser de tourner en Géorgie pour contrer la loi anti-IVG Netflix pourrait cesser de tourner en Géorgie pour contrer la loi anti-IVG

News

Netflix pourrait cesser de tourner en Géorgie pour contrer la loi anti-IVG par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Mercredi 29 Mai 2019

Depuis plusieurs semaines, la loi anti-IVG de la Géorgie, l’Alabama, le Missouri et l’Ohio fait polémique dans le monde entier. De nombreuses célébrités se sont déjà engagées à dénoncer cette loi. Et récemment, Netflix a rejoint la contre-attaque en menaçant de cesser ses tournages en Géorgie.

La loi HB481, interdisant l’avortement après 6 semaines de grossesse en Géorgie, Alabama, Missouri et Ohio, est en cours d’adoption depuis début mai 2019. Une mesure qui a créé une vague d’indignation dans le monde entier, portée par un grand nombre de personnalités. L’actrice Alyssa Milano a lancé un appel à la grève du sexe et les réalisateurs J.J. Abrams et Jordan Peele ont confirmé reverser leur salaire à des associations. Si le monde du cinéma peut autant faire pression sur le gouvernement états-unien, c’est que la Géorgie est le premier lieu de tournage du pays grâce à ses dispositifs fiscaux très avantageux.

Récemment, le géant du streaming Netflix a apporté son soutien au mouvement. Il s'agit du premier studio à prendre position contre la loi : "Nous employons de nombreuses femmes sur des productions en Géorgie, dont les droits, comme ceux de millions d'autres, subiront des restrictions sévères en raison de cette loi", a annoncé Ted Sarandos, responsable des contenus Netflix dans un communiqué mardi 28 mai 2019. "Etant donné que la législation n'est pas encore entrée en vigueur, nous continuerons à tourner là-bas, tout en soutenant aussi les partenaires et les artistes qui ont choisi de ne pas le faire. Si la loi devait être appliquée, nous aurions une réflexion sur la totalité de nos investissements en Géorgie", a-t-il déclaré. Une menace économique qui pourrait faire réagir les politiciens ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires