#MyCameraIsMyWeapon : la nouvelle arme des Iraniennes contre la police #MyCameraIsMyWeapon : la nouvelle arme des Iraniennes contre la police

News

#MyCameraIsMyWeapon : les Iraniennes luttent contre les abus de la polices des moeurs avec un hashtag par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 6 Août 2018

Contre la police des mœurs qui obligent les femmes iraniennes à porter le voile, celles-ci ont créé le hashtag #MyCameraIsMyWeapon pour dénoncer les abus des autorités.

En Iran, la révolution des femmes contre l’obligation de porter le voile continue. Et les Iraniennes se servent encore une fois des réseaux sociaux pour faire entendre leur voix, cette fois-ci, avec le hashtag #MyCameraIsMyWeapon, créé par la militante et journaliste télé Masih Alinejad, trending depuis le 15 avril sur Twitter. "Mon appareil photo/caméra est mon arme", en français, encourage les Iraniennes à filmer les scènes où elles se font arrêter ou agresser car elle ne porte pas le voile, pour ensuite diffuser les images sur les réseaux sociaux. Le but ? Lutter contre la Gasht-e-Ershad, la brigade de la police des meurs en Iran.

Pour rappel, le port du voile est obligatoire dans le pays depuis l’instauration de la République islamique d’Iran en 1979. C’est pourquoi, les femmes qui refusent de porter le voile peuvent être arrêtées pour perturbation de l’ordre public ou encore pour corruption des lois de la charia. Mais les vidéos taguées #MyCameraIsMyWeapon révèlent les abus de la police, mais aussi de la violence des citoyens envers les Iraniennes en quête de liberté. Comme dans cette vidéo où une policière qualifie d’animale une jeune fille qui porte le voile de façon inappropriée, selon elle, car on peut apercevoir ses cheveux. La jeune femme est ensuite secouée et jetée au sol…


Au-delà de l’excès de pouvoir perpétré par la police des mœurs, d’autres militants soulignent le fait que l’Etat gaspille de l’argent en mettant en place des opérations coûteuses contre le non-respect du port du voile, alors qu’il n’est pas la priorité en Iran. En effet, le pays souffre d’une crise économique, de l’érosion de ses sols et d’une pénurie d’eau.


 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus