"Mon corps, mes droits" : des Européennes signent un manifeste pour le droit à l’avortement "Mon corps, mes droits" : des Européennes signent un manifeste pour le droit à l’avortement

News

"Mon corps, mes droits" : des Européennes signent un manifeste pour le droit à l’avortement par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 13 Octobre 2018

43 ans après la publication de l’appel à la légalisation de l’avortement publié en France dans le Nouvel Observateur, 343 femmes européennes signent à nouveau un manifeste pour le défendre le "droit à un avortement sûr et légal dans toute l'Union européenne".

Vendredi 12 octobre, 343 femmes, majoritairement des élues des Verts ou de la gauche européenne et des responsables associatives, ont publié un manifeste pour le droit à l’avortement en Europe. Intitulé "Mon corps, mes droits", il entend replacer l’IVG au coeur du débat dans des pays où il est encore interdit. Car s'il est légal dans la plupart des pays d’Europe, il reste encore des réfractaires et "le droit des femmes à choisir est menacé dans toute l’Europe". "Le droit à un avortement sûr et légal a été obtenu de haute lutte dans de nombreux pays européens, mais dans d'autres, certaines femmes n'ont toujours pas le choix de leur propre corps" s’indignent les signataires. En Irlande du Nord, il reste par exemple illégal, même en cas de viol, d’inceste ou de malformation grave du foetus. Il n’y est autorisé qu’en cas de danger de mort pour la future mère. En Pologne, même combat. L’interruption volontaire de grossesse n’est autorisé qu’en cas de viol, inceste, danger pour la mère ou malformation irréversible du foetus. Pire : en Andorre ainsi qu’à Malte et au Vatican, l’avortement est encore totalement et strictement interdit. En Irlande, il vient seulement d’être libéralisé.

Les auteures expriment également leur colère vis à vis des propos du pape François qui a récemment comparé l’interruption volontaire de grossesse au recours à "un tueur à gages". Elles espèrent permettre à toutes les européennes d’enfin avoir avoir recourt à ce "droit essentiel" qu’est l’avortement et appellent "les États membres de l'UE et la Commission européenne à fournir les moyens politiques et financiers nécessaires afin d'assurer l'accès des femmes à des avortements sûrs et légaux en Europe"

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus