Models.that.eat : le compte Instagram qui s’invite dans les assiettes des mannequins Models.that.eat : le compte Instagram qui s’invite dans les assiettes des mannequins

News

Models.that.eat : le compte Instagram qui s’invite dans les assiettes des mannequins par Pierre-Guillaume Ligdamis

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 1 Octobre 2019

Sur Instagram, un compte intitulé Models.that.eat invite les mannequins à publier des photos de leurs repas afin de mettre fin aux clichés qui prétendent qu’elles ne se nourrissent pas. A travers leurs photos elles partagent aussi le rapport qu’elles entretiennent avec la nourriture et leurs corps.

Dans une industrie qui fait souvent l’apologie de la minceur, il n’est pas forcément commun de voir un mannequin s’afficher avec de la nourriture. De quoi alimenter des préjugés parfois avérés qui prétendent que les mannequins ne se nourrissent pas. En réalité, la plupart d’entre elles n’osent juste pas montrer ou parler de ce qu’elles mangent car cela n’est pas toujours bien vu dans le milieu. Dans le but de mettre fin aux idées reçues, Phoebe Pojo une ex top-model new-yorkaise a décidé de lancer en 2017 une page Instagram collaborative intitulée "Models.that.eat" sur laquelle elle invite les mannequins à partager le contenu de leurs assiettes. Une façon de prouver que ces filles ont aussi le droit de manger et de prendre du plaisir à le faire, de les déculpabiliser, et ce malgré les prérogatives très strictes et rigoureuses concernant l’image et les mensurations, du milieu dans lequel elles évoluent.

Au-delà des photos, les mannequins sont aussi invités à discuter de la relation qu’elles entretiennent avec leurs corps et avec la nourriture. Cette plateforme leur permet d’évoquer ouvertement leurs troubles alimentaires, de raconter leurs expériences ainsi que l’impact que peuvent avoir toutes les micro-agressions qu’elles subissent sur leur image et sur leur confiance en elles. Qu'elles posent devant une pizza, une assiette de frites ou qu'elles se'affichent en train de dévorer un burger ou un plat plus healthy, le but est surtout de briser le tabou qui existe autour de la nourriture. Cela permet de démarrer des conversations avec des membres de la communauté et des abonnés qui peuvent se sentir concernés.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

As National Eating Disorders Awareness Week wraps up, I just want to quickly confront my own discomfort with photos like this of myself. Not my most flattering moment, but definitely one of my happiest :) Every day that I work on Models That Eat content, or go to culinary classes, or go out to eat with friends freely, I feel my relationship with my body inching in the right direction. Body dysmorphia is something that I have struggled with for a while alongside many other people, including a TON of models! We have built a beauty standard in the media and in our heads that isn't realistic from any standpoint. If you are struggling with disordered behaviors, or maybe you're not sure if you are, I'm adding NEDA's hotline to my bio. My dm's are always open, and just know there are always people to talk to that have been in your shoes. I am excited to share our journey to a better relationship with food together! <3

A post shared by models that eat (@models.that.eat) on


Comme elle le raconte à Teen Vogue, c’est après avoir été exclue d’une agence de mannequins parisienne en raison de son poids que Phoebe Pojo a décidé de démarrer cette page Instagram. Elle a commencé en prenant des photos de ses copines mannequins en train de manger : "tout est parti d’une plaisanterie dont l’idée était de répondre aux gens qui disent que les mannequins ne mangent pas. C’était aussi une façon d’essayer (à petite échelle) de lancer un débat autour d’un sujet controversé, qui divise".
 

Sur son site, Phoebe explique que lorsqu'elle à lancé ce compte, cela lui a permis de réaliser que de nombreuses personnes avaient un rapport compliqué avec la nourriture, "que ce soit des modèles, des gens qui bossent dans la mode, ou toutes ces personnes qui les admirent". Elle regrette également le fait que ces sujets soient si peu abordés dans une industrie qui préfère continuer à "glamouriser le métier"

Selon Teen Vogue, le secteur du mannequinat demeure aujourd’hui encore très peu réglementé et encadré par des lois, surtout aux Etats-Unis. Les mannequins sont donc souvent exploités, employés de façon douteuse et traités avec tyrannie. Quelques initiatives ont tout de même été mises en place récemment mais ne sont pas toujours suivies d'effet. En France par exemple, une charte interdit aux mannequins mineurs ou jugés trop maigres de défiler et propose aussi un suivi psychologique aux modèles qui le souhaitent.

Models.that.eat intervient donc comme une façon de mettre en lumière ces problèmes en donnant la parole aux concernées. En plus de son compte Instagram, Pojo a aussi lancé il y a peu une chaîne Youtube afin de proposer un nouveau format de discussion. Dans une série de vidéos intitulée "Dine n’ Dash", les mannequins discutent de leur rapport avec la nourriture autour d’un repas dans le restaurant de leur choix. De quoi en apprendre plus sur les régimes parfois très stricts que certaines s’imposent pendant la Fashion week ou afin de signer des contrats. Tout autant d’anecdotes qui n’ont pour but que d’aider des personnes qui peuvent se sentir concernées à aller de l’avant et à se sentir moins seules, en témoigne les retours positifs visibles dans les commentaires. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires