Voici la liste des nommés aux Golden Globes 2019 Voici la liste des nommés aux Golden Globes 2019

News

Quand les hommes de Wall Street évitent les femmes... en utilisant #MeToo comme prétexte par Zoé Puyremond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 7 Décembre 2018

Lundi 3 décembre 2018, l’hebdomadaire Bloomberg publiait un article sur une nouvelle règle tacite à Wall Street : éviter les femmes. Depuis fin 2017 et #Metoo, les hommes dans l’industrie de la finance auraient en effet peur des plaintes des femmes qui travaillent à leurs côtés. Explications.

On le sait, l’ambition du hashtag #Metoo, posté massivement sur les réseaux dès l’automne 2017, était de relayer la parole des femmes victimes d'agressions sexuelles. Sauf que ce mouvement mondial aurait eu, d'après ses détracteurs des effets pervers. Dernier en date ? Selon Bloomberg, la guerre des sexes aurait été déclarée à Wall Street. Dans un article publié le 3 décembre 2018, le magazine étatsunien explique avoir recueilli une trentaine de témoignages de cadres issus du monde de la finance, tous "avouant être effrayés par #Metoo"  et avoir "la sensation permanente de marcher sur des œufs" quand ils sont en contact avec des femmes.

Dans le quartier de la finance à Wall Street, "le simple fait d’embaucher une femme de nos jours est un risque indéterminé", précise un conseiller en patrimoine. Le risque, selon les témoins interrogés : s’exposer à des rumeurs voire des plaintes, d’où la mise en place de "techniques" et stratégies – ne plus rencontrer une femme dans une salle sans fenêtre, laisser la porte ouverte lors des rendez-vous, ne pas avoir de déjeuners professionnels avec elle… Au-delà du ridicule de ces comportements, qui montrent une réelle incompréhension face au mouvement #MeToo et au féminisme en général, ces attitudes sont extrêmement discriminantes, comme l’explique Bloomberg. "Ces hommes vont directement passer  de plaintes pour harcèlement sexuel à plaintes pour discriminations sexuelles", argue dans l'article Stephen Zweig, avocat spécialisé en droit du travail. Le monde de la finance étant déjà très touché par les discriminations femme-homme. Actuellement, on compte ainsi 15% de femmes cadres, 26% de cadres supérieurs, ou encore 37% de managers féminins. Alors que seulement 33% des hommes sont assistants, contre 67% de leurs consœur. 
De quoi laisser penser que si guerre des sexes il y a, elle est due aux inégalités, et pas au fait de les dénoncer via un hashtag féministe.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus