Edward Snowden

News

Manuel Valls refuse d’accorder le statut de réfugié politique à Edward Snowden

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 3 Juin 2014

Manuel Valls, a déclaré, mardi 3 juin sur BFMTV-RMC, qu’il n’était "pas favorable" à ce que la France accueille Edward Snwoden, inculpé d’espionnage et de vol par les Etats-Unis.

Le premier ministre Manuel Valls a refusé ce matin d'extrader Edward Snowden. Une déclation survenue en réaction à la publication d'un manifeste de L’Express et d'une pétition lancée par le magazine sur Change.org. En effet, l'hebdomadaire demande au président de la République d’accorder le statut de réfugié politique à cet ancien consultant de la NSA, à l’origine des révélations sur le programme de surveillance du net, Prism."La France, pays des droits de l'homme et de la liberté de la presse, a une obligation particulière à l'égard d'Edward Snowden, car sa Constitution prévoit que “tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République"". ###twitter###

Edward Snowden, qui réside actuellement en Russie et dont le passeport arrive à expiration en juillet, a déclaré hier avoir transmis une demande formelle d’asile au Brésil.

A l'heure actuelle Pierre Bergé, Edgar Morin, Caroline Fourest ou encore Michel Rocard font partie de la cinquantaine de personnalités politiques, artistiques et intellectuelles à avoir signé l’appel de L’Express. En tout, déjà plus de 32 500 personnes ont signé la pétition. 

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

Maïlys Derville

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus