L'icône féministe Rosie la Riveteuse est décédée

News

L'icône féministe Rosie la Riveteuse est décédée

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 24 Janvier 2018

Naomi Parker-Fraley, alias Rosie la Riveteuse s'est éteinte à l'âge de 96 ans. Ouvrière de la marine américaine pendant la deuxième guerre mondiale, elle était un symbole féministe.

Les féministes sont en deuil : Naomi Parker-Fraley, la femme ayant inspiré le personnage de Rosie la Riveteuse, est décédée le 22 janvier 2018, à l’âge de 96 ans selon le New York Times. Chemise bleue de travail, cheveux recouverts d’un bandana rouge à pois blancs et bicep droit fièrement brandi sur un fond jaune, elle était l’égérie du féminisme.

Née à Tulsa, dans l’état de l’Oklahoma aux Etats-Unis, en 1921, Naomi Parker-Fraley travaillait comme ouvrière sur une base navale d’Alameda en Californie, avec sa sœur cadette Ada pendant la seconde guerre mondiale. En 1942, elle tape dans l’œil de celui qui décidé de l'immortaliser, le dessinateur J. Howard Miller. Elle faisait partie des 6 millions de femmes recrutées comme main d'œuvre durant la seconde guerre mondiale pour remplacer les hommes partis au front.  

L’affiche arborant le slogan "We Can Do It" ("Nous pouvons le faire", ndlr), n’avait pas pour vocation d’être diffusée mondialement. Tombée dans l’oubli, elle entre dans la culture populaire dès les années 1980 avant de devenir le symbole du féminisme. La preuve, Kendall Jenner et même Beyoncé, l'ont remise au goût du jour. 




Pendant plus de 70 ans, Géraldine Doyle avait été désignée comme la véritable riveteuse, jusqu'au jour où l'auteur James J. Kimble parvint à retrouver Naomi Parker-Fraley en 2015 et rétablit la vérité. "Je ne voulais pas la gloire ou la fortune, je voulais ma propre identité. J'ai pensé que [la femme sur l'affiche] me ressemblait, mais personne n'avait remarqué quoi que ce soit", confiait-elle en septembre 2016 au magazine People. 

Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus