Les protections hygiéniques bientôt remboursées par une mutuelle étudiante Les protections hygiéniques bientôt remboursées par une mutuelle étudiante

News

Les protections hygiéniques bientôt remboursées par une mutuelle étudiante par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Se faire rembourser ses protections hygiéniques, c’est bientôt possible. La Mutuelle des Etudiants (LMDE) met en place un nouveau dispositif pour rembourser ses adhérentes. Mais qu’en pensent les principales concernées ? On leur a posé la question.

S’il y a bien quelque chose qui ne manque jamais dans la salle de bain d'une femme, ce sont les protections hygiéniques. Serviettes, tampons, cup… elles sont nécessaires mais représentent un coût important. La LMDE s’y est intéressée et proposera très prochainement de rembourser ses adhérentes (étudiantes du coup) à hauteur de 25 euros par an. Il suffira d’envoyer le ticket de caisse ou une facture qui prouve leur achat. Cette offre ne concernera pas seulement les femmes puisque les hommes pourront également faire bénéficier du remboursement un membre de leur famille, leur copine ou une amie. Une telle mesure permet aussi de la mettre à disposition des personnes trans. Bons points.

Une femme utilise en moyenne vingt-deux protections hygiéniques par cycle (28 jours). Un paquet de serviettes coûte à peu près 2,70 euros et en contient une quinzaine. Il faut compter un paquet de protection nuit au même prix et avec une dizaine de serviettes par paquet. Pareil pour les tampons. On dépense donc un peu plus de 5 euros par mois en protections hygiéniques. Grâce aux 25 euros que propose la LMDE, on couvrirait un peu moins de cinq mois de dépenses par an. Une coupe menstruelle coûte une vingtaine d’euros et est réutilisable plusieurs mois, le dispositif de LMDE la rembourserait donc intégralement.

Pour avoir une idée, on s’est invité à la table d’un groupe d’amies. Et le dispositif divise. L’offre paraît alléchante, surtout parce qu’elle innove. Auparavant, aucun organisme n’avait pris en charge les protections hygiéniques. Un député avait même dit que c'était une question de "confort" en 2015, lors des débats sur la taxe tampon (mais bien sûr). "C’est une bonne idée même si ça ne couvre pas tous nos frais ! estime Shanna. C’est de l’argent qu’on dépense un peu sous la contrainte ". Pour Fanny et Chloé, c'est bien mais ce n’est pas suffisant. "Déjà ce devrait être gratuit, déclarent-elles. Et puis, les hommes pourraient payer pour nous, non ? Faites que ce soit prélevé sur nos inégalités salariales !". Tiens, bonne idée. Léa quant à elle va plus encore loin et s’interroge sur la place de la mutuelle. "C’est bizarre, expose-t-elle. C’est plus de l’hygiène que du soin, pourquoi la mutuelle s’en mêle ?" Et c’est bien ce qui dérange Elisa. Si c’est trop cher, c’est à l’Etat de faire baisser les prix. "Pour moi, c’est stigmatisant, et pas du tout égalitaire. Pourquoi ne proposer ça qu’à la LMDE, alors que la moitié de la France est concernée ?". Un point sur lequel Betty la rejoint : "c’est bien, ça permet aux jeunes étudiantes de diminuer le poste hygiène de leur budget jusqu’à ce qu’elles gagnent un salaire. Mais dans ce cas, il faudrait l’étendre aux femmes qui démarrent dans la vie et qui sont au chômage". Puis même à toutes, non ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.