Les premières greffes d’utérus bientôt réalisées en France Les premières greffes d’utérus bientôt réalisées en France

News

La première greffe d’utérus réalisée en France

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 12 Avril 2019

Au CHU de Limoges et à l’hôpital Foch de Suresnes, des médecins ont reçu l’autorisation de pratiquer des greffes d’utérus provisoires. Une première en France. Et surtout, un nouvel espoir pour les femmes désirant concevoir.

Mise à jour du 12 avril 2019 : 

Dimanche 31 mars 2019, une femme de 34 ans née sans utérus a, pour la première fois en France, bénéficié d’une greffe d’utérus. Cette opération a été effectuée à l’hôpital Foch de Suresnes dans les Hauts-de-Seine. Comme en Suède, il s’agit d’un couple mère-fille. La première intervention sur la mère donneuse a duré entre 6 et 7 heures. Pour la fille, receveuse, la transplantation de l’utérus a duré entre 3 et 4 heures. Jeudi 11 avril 2019, le chirurgien Ayoubi a annoncé que les deux patientes allaient bien. Le transfert d’embryons, qui ont été préalablement congelés, pourrait se faire dans dix mois.

Fin de la mise à jour.

Cette année, pour la première fois en France, des femmes nées sans utérus pourront bénéficier d’une greffe d’organe pour avoir un enfant. Cette affection rare, appelée syndrome de Rokitansky-Küster-Hauser (MKRH), touche 1 femme sur 4 000 en France. Les femmes ayant subi une ablation de l'utérus suite à un problème médical sont aussi concernées.

Le professeur Jean-Marc Ayoubi, directeur du service de gynéco-obstétrique à l’hôpital Foch, a reçu l’autorisation de pratiquer dix greffes d’utérus avec des donneuses vivantes. Il précise à France Inter les critères nécessaires pour sélectionner les patientes : "Pour la patiente receveuse, c'est de 20 à 36 ans. Pour la donneuse, c'est entre 40 et 65 ans. Il s'agit souvent de mère - fille ou entre deux sœurs. C'est en tout cas une donneuse apparentée, pour éviter le chantage financier, le chantage même psychologique".  Afin d'éviter les risques de rejet, les greffes d’utérus sont provisoires. Une fois que la mère receveuse de la greffe a donné naissance, l’organe est ensuite retiré, pour écarter tout risque lié au traitement anti-rejet.

En 2013, une première naissance grâce à un organe greffé a eu lieu en Suède. C’est d’ailleurs pour ça que les équipes de l’hôpital Foch travaillent en étroite collaboration avec les médecins Suédois depuis plusieurs années. Ils ont ainsi perfectionné une nouvelle méthode de prélèvement. "Nous nous sommes spécialisés dans le retrait d’utérus grâce à la chirurgie robotique. Une opération qui permet à la donneuse vivante de récupérer bien plus rapidement. Elles perdent aussi moins de sang, environ 100 millilitres contre 600 auparavant", expliquait le professeur Ayoubi à Sciences et Avenir le 11 mars 2019. 

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires