Manuel Valls a dépensé 53 520 euros dans un sondage pour analyser son image

Manuel Valls a dépensé 53 520 euros dans un sondage

Manuel Valls a dépensé 53 520 euros dans un sondage pour analyser son image

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 14 Avril 2017

L’émission "Envoyé Spécial" a diffusé un reportage dans lequel les journalistes révèlent que Matignon aurait pioché quelques dizaines de milliers d’euros, dans les caisses de l'argent public, pour des études sur l’image de Manuel Valls.

On pourrait croire à une blague, et pourtant, Manuel Valls a bien dépensé 53 520 euros pour qu’un institut de sondage analyse l’image que se faisaient les Français du Premier ministre. Si François Hollande avait promis que l’Elysée ne commanderait plus de sondage, expliquant "qu’il n’y avait pas le budget pour ça", il semblerait que cela ne s'applique pas à Matignon. Entre 2014 et  2016, ce sont quelques centaines de milliers d’euros qui ont été dépensés pour des sondages dont on se serait bien passé.

En juin 2014, trois mois après la nomination de Manuel Valls, le SIG a demandé à un institut un "bilan d’image du Premier ministre", pour la modique somme de 53 520 euros, comme le révèle Envoyé Spécial.


"Envoyé spécial". Les multiples sondages commandés par Matignon pour étudier l'image de Manuel Valls de 2014 à 2016


Le résultat ? 111 pages, dans lesquelles tout est passé tout au crible : l’allure, la gestuelle, le comportement… Le bilan, plutôt flatteur, décrit un Premier ministre avec "une image d’énergie exceptionnelle". On apprend aussi que sa coupe de cheveux aurait une "connotation frondeuse", ou encore que "ses oreilles dissymétriques, avec la droite plus décollée, seraient le signe d’un côté bagarreur". Enfin, l’institut a demandé aux sondés de comparer Manuel Valls à un animal, si certains l’ont comparé à un aigle royal ou à un lion, d’autres ont opté pour le chacal, la hyène ou encore un rapace. Contacté par Envoyé Spécial, l'ancien Premier ministre n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Maylis Casse

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus