Les infos à retenir de la Conférence d’Amsterdam sur le Sida Les infos à retenir de la Conférence d’Amsterdam sur le Sida

News

3 infos à retenir de la Conférence d’Amsterdam sur le Sida par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 24 Juillet 2018

La conférence internationale sur le Sida s’est ouverte à Amsterdam lundi 23 juillet. L’occasion de faire un bilan au sujet de l'épidémie et des traitements.

Le lundi 23 juillet 2018, la 22e Conférence internationale sur le Sida s’est ouverte à Amsterdam et se tiendra jusqu’au 27 du mois. 15 000 scientifiques, figures politiques, associations, militants y sont attendus pour échanger sur les nouvelles avancées ou données inquiétantes dans le cadre de la lutte contre l’épidémie. Malgré de nouveaux éléments positifs révélés au début de la conférence, la lutte contre le virus prend une toute nouvelle ampleur. On fait le point sur les éléments à connaître à ce stade.

#1 L’épidémie pourrait reflamber par manque d’argent
Sept milliards de dollars par an. D’après l’Onusida, c’est ce qu’il manquerait pour que le virus ne soit plus considéré comme un danger pour la santé publique mondiale en 2030. "Nous allons avoir des problèmes si nous n’avons pas davantage d’argent," a déclaré Mark Dybul, ancien dirigeant du Fonds mondial de lutte contre le Sida, lors d’un colloque organisé avant la conférence. Si le diplomate craint que "le monde ne perde le contrôle de l’épidémie", c’est parce qu’un manque d’argent, associé à une explosion de nouvelles infections dans les pays durement touchés d’Afrique, mèneraient naturellement à une crise majeure.
Les chercheurs et associations redoutent particulièrement une baisse des dotations de la part des Etats-Unis. Jusqu’alors premier contributeur dans la lutte contre le Sida, le pays enivsage des coupes budgétaires drastiques depuis l’élection de Donald Trump. La question du financement ne sera pourtant pas à l’ordre du jour lors de la Conférence d’Amsterdam. La France accueillera à ce sujet le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme fin 2019. Un nouveau plan de financement valable pendant 5 ans y sera établi.

#2  Le manque de prévention est plus important qu’avant
Une conséquence directe du manque de financement. Car moins de moyens = moins de prévention et de dépistages, surtout dans les régions d’Afrique de l’Ouest et centrale, l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, où l’épidémie fait rage. "Nous n’allons pas assez vite pour lutter contre le virus, s’est alarmé François Dabis, directeur de l’Agence française de recherche contre le Sida. Ce qui bloque le plus souvent, c’est la méconnaissance du statut du VIH. On n’a pas assez dépisté, et on ne peut donc pas traiter suffisamment d’individus". Les objectifs fixés en 2016 pour 2020 sont loin d’être atteints. Alors qu’on espérait moins de 500 000 nouvelles infections par an, on en décompte encore 1,8 million en 2017.

#3 Il existe un traitement préventif qui fonctionne
Il s’appelle Truvada, et son efficacité a été présentée ce matin à la conférence d’Amsterdam par une équipe de médecins française. Le traitement, issu de la PrEP (prophylaxie pré-exposition), a été testé sur 1435 hommes bi ou homosexuels, séronégatifs et présentant un risque d’infection par le VIH. Il consiste à ingérer une pilule avant les rapports sexuels potentiellement dangereux, pour maîtriser l’évolution du virus. A la fin de la période de test, tous les hommes sont restés séronégatifs, qu’ils aient pris le traitement de manière continue, ou seulement périodiquement. Le bilan est donc très positif et de nouveaux traitements préventifs sur ce modèle pourraient se développer. Il ne faudrait toutefois pas oublier qu'il ne protège pas contre les autres infections sexuellement transmissibles.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus