Les élèves français sont toujours aussi mauvais en langues étrangères Les élèves français sont toujours aussi mauvais en langues étrangères

News

Les élèves français sont toujours aussi mauvais en langues étrangères

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 11 Avril 2019

Jeudi 11 avril 2019, une étude du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a révélé que le niveau en langue étrangère des élèves français est toujours aussi bas.

Le 11 avril 2019, le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a publié une étude sur l’enseignement des langues vivantes fondée sur des données du ministère de l’Education nationale. Elle révèle que 75% des collégiens de fin de troisième sont incapables de s’exprimer correctement en anglais. La compréhension aussi est difficile, 39% des élevés de primaire ont du mal à comprendre un énoncé écrit en anglais, un chiffre qui s’élève à 43% pour les collégiens en fin de troisième. Pour les autres langues proposées dans les collèges français, les résultats sont tout autant alarmants. Les hispanophones sont 73% à ne pas savoir s’exprimer correctement dans la langue apprise, chez les germanophones, ils sont 63%.

Mais ce constat n’est pas nouveau. En 2015, une étude intitulée "Langue et employabilité" indiquait que 50% des Français affirmait être incapable de manier une langue étrangère. En 2011, une étude de SurveyLang, commandée par la Commission européenne, plaçait la France dans les derniers rangs des pays européens bilingues, loin derrière les pays nordiques comme la Suède et les Pays-Bas.

Pour rattraper ce retard, le Cnesco propose à l’éducation nationale d’instaurer l’apprentissage d’une matière dans une langue étrangère. "On sait que plus on expose les élèves à la langue, mieux ils l’apprennent (…) faire des maths en anglais, faire de la SVT en espagnol... Quelque fois, le fait de passer par une autre langue permet de comprendre un concept plus facilement", expliquait Brigitte Gruson, présidente du jury Cnesco et maitre de conférence à l’université de Bretagne Occidentale, au micro de RTL ce jeudi 11 avril 2019. En attendant, nous continuerons à pratiquer le franglais.

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires