Les chiens reconnaîtraient les crises d’épilepsie grâce à leur odorat Les chiens reconnaîtraient les crises d’épilepsie grâce à leur odorat

News

Les chiens reconnaîtraient les crises d’épilepsie grâce à leur odorat par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 1 Avril 2019

Le meilleur ami de l’homme est à la hauteur de sa réputation. Selon une récente étude franco-américaine, il serait capable de détecter les crises d’épilepsie grâce à l’odeur spécifique qu’elles dégagent. Explications.

Comme les cancers ou les maladies rénales, il semblerait que les crises d’épilepsie libèrent une odeur bien particulière. Odeur que les chiens entraînés seraient capables de détecter. C’est en tout cas ce qu’avance une équipe de chercheurs franco-américains. Dans une étude publiée dans la revue Scientific Reports le 28 mars 2019, ils émettent l’hypothèse qu’il pourrait exister une "signature olfactive" de crise et ce quelque soit le patient épileptique ou le type de crise.

Pour arriver à de tels résultats, les experts ont présenté des odeurs prélevées sur des patients épileptiques à des chiens de refuge, entraînés au préalable. Cinq canidés âgés de deux à cinq ans ont participé à cette expérience inédite au cours de laquelle ils avaient pour mission de sentir des échantillons de sueur. Parmi ces prélèvements, un seul a été prélevé au moment où les patients convulsaient, c'est-à-dire au cœur de la crise. Deux autres l'ont été lorsqu’ils faisaient du sport et le dernier, lorsqu’ils étaient au repos. Résultat : trois chiens ont été capables de désigner la bonne boîte à chaque fois, et les deux autres n’y sont parvenus que dans deux-tiers des cas. Et si les conclusions ne sont pas entièrement satisfaisantes, elles n’en restent pas moins assez impressionnantes, puisque dans 67% à 100% des cas, les chiens ont tout de même donné la bonne réponse et adopté un comportement approprié.

Selon Amélie Catala et Marine Grandgeorge, auteures de l’étude, ces résultats constituent néanmoins "une première étape vers l’identification d’une signature olfactive des crises d’épilepsie, généralisée à différents patients et à des épilepsies de causes et symptômes différents". Une bonne nouvelle qui, si elle mérite d’être vérifiée sur un panel de chiens plus large, est tout de même une avancée pour la science et pour les épileptiques. Et qui sait, peut-être que prochainement, les chiens seront entraînés à détecter à l’avance les crises.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires