Les avocats vendus chez Biocoop soupçonnés d'être ni espagnols, ni bio Les avocats vendus chez Biocoop soupçonnés d'être ni espagnols, ni bio

News

Les avocats vendus chez Biocoop soupçonnés d'être ni espagnols, ni bio par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Jeudi 11 Juillet 2019

Mercredi 10 juillet 2019, "Le Canard Enchaîné" révélait que les avocats vendus chez Biocoop ne seraient d’une part, pas vraiment espagnols, d’autre part, pas totalement bio. Explications.

Fin juin 2019, Biocoop, premier réseau de France de magasins bio, émettait des doutes quant à la provenance de ses avocats dans un document confidentiel, mentionnant des "tromperies à la production" révèle Le Canard Enchaîné. L’origine des avocats proposés par l’enseigne serait douteuse, provenant d’Amérique du Sud, plus exactement du Pérou, et non d'Espagne. Une importation éloignée, en totale désaccord avec les valeurs de l’entreprise. Inquiétés par les répercussions médiatiques, les dirigeants de Biocoop se sont intéressés à différentes stratégies lors d’un conseil d’administration, comme celle de monter leur propre structure d’approvisionnement. Une solution trop coûteuse, rapidement mis de côté d’après l'hebdomadaire. L'enseigne aurait également pris des mesures plus strictes, visant à avoir une meilleure traçabilité de ses produits. Or, Le Canard Enchaîné pointe du doigt des solutions peu concluantes, effectuées "à maintes reprises sans retour satisfaisant".

Pour répondre aux attaques, Biocoop a publié un communiqué sur son site "pour vous aider à y voir plus clair". Le communiqué contredit les accusations, mentionnant "aucune preuve" de la part du grossiste concernant la provenance des fruits. L'entreprise rappelle également que "des tests de traçabilité/faux bio sont effectués et qu’aucune irrégularité n’apparaît". Ils ont ajouté que l'idée de créer leur propre structure d'approvisionnement était économiquement viable mais faute de preuves concernant les rumeurs, et non par manque de budget, elle ne sera pas mise en oeuvre pour le moment. 

Biocoop ajoute qu’il "faut également préciser que le cahier des charges 'saisonnalité' de Biocoop interdit la commercialisation des avocats de juillet inclus à octobre". Une garantie de plus qui évite les changements d’origine des produits. Et pour prouver sa reconnaissance envers certains faits, l’entreprise annonce rompre ses liens avec deux de ses fournisseurs et s’engage, d’ici 2023, à devenir totalement autonome sur sa filière avocats. In fine, les avocats proposés chez Biocoop ne seraient ni Espagnols, ni bio selon Le Canard Enchaîné. Et pour l'enseigne, plutôt transparente, l'hebdomadaire aurait tiré des conclusions trop hâtives, propageant plus de rumeurs, que de faits démontrés.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires