Le Sénat vote l'interdiction des signes religieux pour les accompagnants des sorties scolaires Le Sénat vote l'interdiction des signes religieux pour les accompagnants des sorties scolaires

News

Le Sénat vote l'interdiction des signes religieux pour les accompagnants des sorties scolaires par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 30 Octobre 2019

Ce 29 octobre 2019, le Sénat a adopté à majorité de droite une proposition de loi LR visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnant des sorties scolaires. Ceci dit, le texte a peu de chance d'être voté par l’Assemblée nationale, dominée par la majorité présidentielle.

Alors que le débat sur la laïcité fait rage en France, la loi visant l'interdiction du port du voile lors des sorties scolaires a été adoptée au Sénat, à majorité de droite, le 29 octobre 2019. Au total, 163 sénateurs ont voté pour (dont 130 LR) et 114 contre (dont trois LR). Les sénateurs LREM ont voté contre, ainsi que le groupe socialiste et républicain.

Le texte examiné au Sénat vise à modifier le code de l'éducation pour étendre "aux personnes qui participent, y compris lors des sorties scolaires, aux activités liées à l'enseignement dans ou en dehors des établissements". Devant le Sénat, le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a assumé une position critique envers le foulard islamique. "La loi n’interdit pas aux femmes voilées d’accompagner les enfants, mais le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société", avait-t-il déclaré à BFM-TV. Le sénateur non-inscrit de la Moselle, Jean-Louis Masson, a comparé les femmes voilées aux "sorcières d’Halloween". Quant à elle, la sénatrice (ex-PS) des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali, a dénoncé un texte qui “stigmatise”. Elle a accueilli au Sénat une trentaine de femmes et enfants des quartiers populaires de Marseille, dont certaines mères voilées. 

Quoi qu'il en soit, cette proposition de loi a toutefois peu de chances d’aboutir car la majorité à l'assemblée nationale, qui doit également voter, y est opposée.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires