Le nombre d'actes antisémites en France a augmenté de 69% en 2018 Le nombre d'actes antisémites en France a augmenté de 69% en 2018

News

Le nombre d'actes antisémites en France a augmenté de 69% en 2018

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Dimanche 11 Novembre 2018

Après deux ans de baisse, les actes antisémites ont augmenté de 69% sur les neuf premiers mois de 2018. Un chiffre alarmant, révélé ce vendredi 9 novembre par Edouard Philippe dans une tribune Facebook.

Après une année 2015 aux chiffres records puis deux années de baisse, le nombre d’actes antisémites est en hausse de 69% sur les neufs premiers mois de 2018. Une information révélée par Edouard Philippe, dans une tribune publiée sur sa page Facebook le 9 novembre. "Nous sommes très loin d'en avoir fini avec l'antisémitisme", s’est inquiété le chef du gouvernement, dans un texte qui fait référence à la nuit de Cristal. Ce pogrom (un de ces épisodes de violence à l’encontre des Juifs qui ont marqué l’histoire de l’Europe) a eu lieu il y a 80 ans jour pour jour. Durant une nuit et une journée, sur ordres des dirigeants nazis, plus de 2000 juifs avaient été assassinés et les synagogues, maisons et commerces, ravagés, le son des vitres brisées donnant son nom au drame. "Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu'il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal", a affirmé le Premier ministre, avant de mettre en garde les Françaises et les Français contre le "vrai danger" que représente "l'indifférence", des mots empruntés à Elie Wiesel, rescapé des camps nazis.


Edouard Philippe a rappelé la volonté étatique de lutter contre les violences envers les Juifs et Juives de France. D’ici l'an prochain, le gouvernement prévoie un renforcement des mesures contre les propos haineux en ligne, et le Premier ministre a présenté en mars dernier un plan contre le racisme et l'antisémitisme, prévoyant notamment l'expérimentation d'"un réseau d'enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux". Ce dispositif pourrait être étendu au niveau national, de même qu'un dispositif de pré-plainte en ligne afin de favoriser les signalements.

C.C-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus