Le Japon autorise à nouveau la pêche à la baleine Le Japon autorise à nouveau la pêche à la baleine

News

Le Japon autorise à nouveau la pêche à la baleine par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 26 Décembre 2018

Ce mercredi 26 décembre, le gouvernement japonais a annoncé sa sortie de la Commission Baleinière Internationale, et légalise à nouveau la pêche à la baleine dans le pays.

On n’est pas à une indigestion de fruit de mer près. Au lendemain des fêtes de Noël, le 26 décembre 2018, le gouvernement nippon a annoncé sa décision d’autoriser à nouveau la pêche à la baleine à visée commerciale sur son territoire. Sortant ainsi de la Commission Baleinière Internationale, qui réunit 89 pays, le Japon rejoint deux autres pays où elle est légalisée, l’Islande et la Norvège. De fait, dès juillet 2019, le temps pour le pays d’officialiser sa sortie de la CBI, la pêche sera de nouveau possible au large de l’île. En réalité, le pays utilise depuis trente ans une faille dans un moratoire pour pratiquer la chasse sous le prétexte scientifique, au-delà de ses frontières, et revendre de la baleine sur ses étals. Et si maintenant le Japon dit vouloir se limiter aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive au pays ainsi qu'à la méthode de la CBI pour ne pas épuiser les ressources, cette décision ne réjouit pas tout le monde et les organisations écologiques sont nombreuses à y avoir répondu. "Il est clair que le gouvernement tente de faire passer cette annonce en douce à la fin de l'année, loin des projecteurs des médias internationaux, mais le monde n'est pas dupe", a annoncé Sam Annesley, responsable de la branche japonaise de Greenpeace. "La décision du Japon est en décalage complet avec la communauté internationale, et fait fi de la nécessité de protéger nos océans et ces créatures majestueuses.

On n'aurait pas dit mieux... avant d'interroger Lamya Essemlali, présidente de l'ONG Sea Shepeard France qui nous a éclairé sur cette décision. Car au fond, que le Japon quitte la CBI est une bonne nouvelle, pour l'Antarctique. "Le sanctuaire des baleines dans l'Antarctique va enfin en être un, nous explique Lamya Essemlali. Le Japon ne pourra plus se cacher derrière le prétexte scientifique pour y chasser car en autorisant la chasse dans son territoire, les zones internationales ne lui seront plus du tout accessibles. C'est une zone essentielle pour les cétacés, qui pourront enfin s'y baigner sans être menacés."  La présidente de l'ONG se réjouit quand même car, si ça ne change rien sur le nombre de baleines tuées, cette zone dans l'Antarctique sera protégée, ainsi que celle qui va être mise en place dans le sud de l'Atlantique, et c'est déjà un très, très grand pas. 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires