L’Allemagne diminue enfin sa taxe sur les protections périodiques L’Allemagne diminue enfin sa taxe sur les protections périodiques

News

L’Allemagne diminue enfin sa taxe sur les protections périodiques par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 9 Novembre 2019

Aujourd’hui encore, les protections périodiques- tampons, serviettes hygiéniques et cups-, sont considérées comme des "produits de luxe" en Allemagne. Mais les temps s’apprêtent à changer puisque le gouvernement vient enfin d’accepter de diminuer la taxe. Il était temps.

Aussi appelée "taxe tampon", la taxation sur les protections périodiques est sujette aux débats partout dans le monde. Il faut dire que dans certains pays, les législations sont aberrantes. C’est encore le cas en Allemagne où les serviettes hygiéniques, cups et autres tampons sont toujours considéré.e.s comme des "produits de luxe" et sont imposé.e.s en tant que tel.le.s. Les produits d’hygiène féminine se retrouvant ainsi plus taxés que le saumon, le caviar et les nuits d’hôtels. Mais les règles (sans mauvais jeu de mots) s’apprêtent à changer. Après un long combat des associations féministes allemandes et alors que les contributions sur les fleurs, les tickets de bus et de trains et les animaux de compagnie ont été revues à la baisse en priorité, la "taxe tampon" sera réduite de 19% à 7% en janvier 2020.

Dans le monde, cette taxation varie énormément, les plus hautes étant attribuées à la Hongrie (27%), à la Suède (25%) et à l’Argentine (21%). Certains pays, comme l’Australie, le Canada, l’Irlande, le Kenya et la Tanzanie, ont une longueur d’avance et ne soumettent plus les protections hygiéniques à l’imposition. En France, elle est encore fixée à 5%. Trop pour de nombreux mouvements féministes qui militent pour sa suppression définitive. Alors qu’au cours de sa vie, une personne menstruée utiliserait en moyenne 11 000 tampons et serviettes pour un coût total estimé entre 7 000 et 20 000 euros, un sondage Ifop pour Dons solidaires publié en mars 2019 a révélé qu’1,7 million de femmes manquent encore de protections hygiéniques dans l'Hexagone. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En plus de ne pas être remboursé, on paie une #TVA dessus… Heureusement, elle n’est qu’à 5,5% #ironie Avant de nous mettre à la culotte de règles nous étions adeptes des tampons et des serviettes. Tampons le jour, serviettes la nuit. Tampons + serviettes le jour et la nuit, double serviette,… bref, tout un programme. Une petite étude autour de nous montre que nos dépenses mensuelles étaient les suivantes : - Tampons (4,5€ la boite de 18) : 24 - Serviettes hygiéniques (3,69€ le paquet de 22) : 5 - Protège-slips (4,29 € la boite de 56) : Environ 10 par mois. ????Total dépensé dans le mois: 7,6€ ????98,86 € par an (13 cycles de 5 jours) …hum Résultat: On arrête de #manger pendant une semaine de l'année. Merci les règles ! #courses #lol???? Promis, chez Elia, nous allons essayer de vous faire faire des économies #culottes #comingsoon On vous recommande de lire les articles de @c.lairdutemps @terrafemina @marieclairefr qui résument et complètent l’étude britannique relayée par le #huffingtonpost en 2015. Et vous, avez-vous déjà fait le calcul de ce que vous dépensez pour vous protéger pendant vos règles ? #taxetampon  #precaritemenstruelle#period #TVA #budget #zerodechet #consommerautrement #consommermieux #regles #reglesaunaturel #culottemenstruelle #tropcher #vietropchere

A post shared by Lingerie Menstruelle Française (@elia.lingerie) on

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires