L’Agence du médicament suspend trois modèles de stérilets du marché L’Agence du médicament suspend trois modèles de stérilets du marché

News

L’Agence du médicament suspend trois modèles de stérilets du marché par Pierre-Guillaume Ligdamis

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Lundi 2 Décembre 2019

Jeudi 28 novembre 2019, l’Agence du médicament a annoncé qu’elle allait suspendre la mise sur la marché, la distribution et l’utilisation de trois modèles de stérilets qui présentent des risques de rupture ou d’expulsion spontanée.

En France, les femmes sont plus de 25% à avoir opté pour le stérilet comme moyen de contraception. Si celui-ci peut représenter une bonne alternative à la pilule par exemple pour de nombreuses personnes, il faut toutefois faire attention à certains modèles de ces dispositifs ultra-utérins qui ne sont pas des plus fiables.
C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Agence du médicament (ANSM) a pris la décision le 28 novembre 2019 de retirer du marché les stérilets de trois marques : Ancora, Novaplus et Sethygyn qui ne doivent désormais plus être posés en France. 
Cela fait suite à une augmentation de cas de rupture lors du retrait mais également d’expulsions spontanées d’une partie ou de la totalité de ces stérilets. Des problèmes qui ne sont pas sans risques et qui peuvent selon l’ANSM "remettre en cause l'efficacité de la contraception et exposer à un risque de grossesse non désirée".

L’agence ne recommande toutefois pas aux personnes concernées, le retrait préventif de ces stérilets "lorsqu’ils ont été posés depuis moins de 3 ans". Elle préconise par contre aux femmes porteuses de l’un des trois modèles  mise en cause de "rester attentives aux signes pouvant évoquer une expulsion" et de consulter une gynécologue une fois le délai de trois ans passé afin de "discuter de la meilleure contraception dans votre situation".

L’ANSM indique également que les dispositifs ultra-utérins de ces trois fabricants ne sont pas les plus répandus. Ils seraient posés sur 20 000 femmes en moyenne par an et ne représenteraient qu’une petite partie des stérilets posés en France chaque année. 
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires