La Wallonie adopte définitivement un Code du bien-être animal La Wallonie adopte définitivement un Code du bien-être animal

News

La Wallonie adopte définitivement un Code du bien-être animal par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 23 Juillet 2018

Le 19 juillet 2018, le gouvernement de Wallonie (Belgique) a adopté un Code du bien-être animal. Le but : lister les pratiques interdites sur les animaux et mettre en place des sanctions en cas de maltraitance. Et si la France en prenait de la graine ?

Si en France les animaux sont reconnus comme des "êtres vivants doués de sensibilité" depuis février 2015, il semblerait que nous ayons quand même un train de retard sur nos voisins belges (notamment sur la question du gavage des oies et du broyage de poussins).
Le 19 juillet dernier, la Wallonie a adopté un Code du bien-être animal composé de 109 articles et permettant aux animaux d’acquérir le statut d’"êtres fragiles". Il assure le bien-être et la protection de nos amis à poils, à plumes et autres. Détention, pratiques interdites, commerce, transports et même expériences pratiquées sur les animaux, rien n’a été laissé au hasard. Parmi les mesures phares : la condamnation de l'élevage en batterie, l’identification et l’enregistrement des chats et des chiens, la fin des animaux sauvages dans les cirques, l’interdiction de détenir des cétacés (orques, dauphins…) et l’installation obligatoire de caméras de surveillance dans les abattoirs. Et les sanctions en cas de maltraitance ont aussi été renforcées. Elles peuvent grimper jusqu’à 15 ans de prison et 10 millions d’euros d’amende pour les faits les plus graves, désormais reconnus comme des actes criminels. Autre fait marquant : toute personne déjà condamnée pour des faits de maltraitance ne pourra, en toute logique, plus détenir d’animal. Si seulement ce code pouvait inspirer l’Hexagone, Brigitte Bardot s’en porterait mieux… et nous aussi !  

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus