"Là où les putains n’existent pas" : Ovidie dénonce l'hypocrisie de la Suède dans sa lutte contre la prostitution

News

"Là où les putains n’existent pas" : un docu dénonce le sort des prostituées en Suède

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Dans "Là où les putains n'existent pas", Ovidie révèle le côté obscur de la Suède, qui se veut pionnière en terme d'égalité femme-homme. A travers l'histoire du meurtre d'une ex-prostituée, la réalisatrice montre une réalité plus complexe...

On les surnomme "les travailleurs du sexe" et c’est en leur nom qu'Ovidie s’engage dans Là où les putains n’existent pas, diffusé à 23h50 sur Arte, le mardi 6 février 2018. Avec ce documentaire coup de poing, la réalisatrice et ex-actrice de films X revient sur un fait divers méconnu du public : le meurtre d’Eva-Marree Smith Kullander, alias Jasmine Petite.

Le 11 juillet 2013, cette femme âgée de 27 ans a été poignardée par le père de ses deux enfants dans les locaux des services sociaux, à Vasteras, en Suède. Après avoir quitté son compagnon, Eva-Marree avait travaillé comme escort-girl pendant deux semaines, sous le nom de Jasmine Petite, pour subvenir aux besoins de sa famille. Dénoncée par l’une de ses proches aux services sociaux, elle s’était vue retirer la garde de ses enfants, âgés d'un et deux ans. Ils avaient été, par la suite, confiés à leur père, pourtant reconnu par les autorités comme étant violent. Le jour de sa mort, Eva-Marree s’apprêtait à les retrouver. Près de 5 ans après les faits, ses parents demandent à revoir leurs petits-enfants, sans savoir où ils se trouvent.   


En s’appuyant sur cette affaire, Ovidie pulvérise l’image de la Suède, qui se présente comme protectrice et égalitaire, et perçue jusqu’alors comme l’élève modèle en matière de parité femme-homme. "En Suède, on préfère confier des enfants à un homme violent, toxicomane et assassin plutôt qu'à une pute, soi-disant au nom de la protection de l'enfance et du droit des femmes", explique la réalisatrice dans une interview pour Madame Figaro. "Quand un homme se fait surprendre avec une prostituée, c'est comme s'il commettait un viol. Il est considéré comme un criminel sexuel", précise-t-elle. Pour rappel, la pénalisation des clients a également été adoptée en France, en novembre 2016.  

Là où les putains n’existent pas est également disponible sur la Toile, jusqu’au 7 avril 2018.


 


Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.