La nouvelle règle sexiste de la piscine municipale en Georgie

News

La nouvelle règle sexiste de la piscine municipale en Géorgie

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 10 Août 2016

Même si la lutte contre le sexisme semble concerner de plus en plus de monde, le chemin est encore long… La preuve : une piscine municipale en Géorgie vient de mettre en place une nouvelle règle de conduite, et elle est pire que misogyne.

Que ça soit pour tonifier votre corps ou simplement pour se détendre, rien de mieux que d’aller faire un petit tour à la piscine. Seul problème : si vous êtes indisposée, abstenez-vous d’aller au bassin de nage de Tbilisi, en Géorgie, rapporte BuzzFeed, le 9 août 2016. La direction de la piscine a rajouté une ligne au règlement drastique, et ce nouveau commandement est pire que sexiste : "Mesdames, ne venez pas à la piscine durant vos règles périodiques", informe l’écrito misogyne affiché dans les vestiaires. Le plus absurde ? Ce n’est pas une simple piscine municipale, mais bel et bien un bassin grand luxe pour lequel il faut débourser la (modique) somme de 187 $ par mois environ, pour faire trempette. Et le pire reste à venir : la direction ne veut rien entendre.

"Nous avons déjà eu des problèmes, l’eau a déjà été contaminée à cause de règles périodiques. Nous essayons de suivre les normes d’hygiène, et nous demandons à nos membres d’en faire de même. Peu importe si vous prenez les précautions nécessaires avant d’aller dans l’eau. Une fois, on a même trouvé des tampons usagés flottants à la surface, et ça coûte très cher de changer l’eau", a affirmé le directeur du club. Ni une, ni deux, la nouvelle a suscité de vives réactions (compréhensibles) sur les réseaux sociaux. "Et, en passant, puisque selon vos règles, nous ne sommes pas autorisées à utiliser la piscine 5-6 jours chaque mois, on ne pourrait pas avoir un tarif préférentiel par rapport aux hommes ?", s’insurge une jeune internaute face au cliché de l’écrito, publié le 8 août 2016 sur Facebook. Sexisme, quand tu nous tiens.

Sarah Jobert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus