La France augmente son budget pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme La France augmente son budget pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

News

Sida, tuberculose, paludisme : la France augmente son budget pour lutter contre ces maladies par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 12 Octobre 2019

À l’issue de la sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Emmanuel Macron a annoncé que la France augmenterait de 15% sa contribution. Il a donné de la voix pour que chaque pays prenne de nouveaux engagements.

"Je ne laisserai personne sortir de cette pièce ou quitter Lyon tant que les 14 milliards n’auront pas été obtenus. Et donc tout à l’heure, nous les aurons !", a lancé Emmanuel Macron devant l’assemblée de la sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le ton était donc donné ce jeudi 10 octobre 2019 à Lyon et l’objectif était clair : rassembler plus de ressources que les précédentes années. Et comme pour montrer l’exemple, le Président français a annoncé que "la France serait au rendez-vous avec une augmentation de 15% de sa contribution" sur les trois prochaines années. Actuellement, la contribution française est de 1,08 milliard de dollars pour trois ans, mais elle devrait donc passer à 14 milliards de dollars si l’objectif est atteint. L'Hexagone a également promis de verser 85 millions d’euros par an sur trois ans à Unitaid, une organisation chargée d’acheter des médicaments pour les pays les plus pauvres. 

Pour arriver à ses fins, Emmanuel Macron n’a pas été tendre avec les autres chefs d’État et a même interpellé quelques pays - le Japon, la Norvège, l’Australie, les Émirats Arabes-Unis, l’Arabie Saoudite et le Qatar- qui pourraient, selon lui, faire plus pour atteindre la somme annoncée. Finalement, l’objectif a bien été atteint, des donateurs publics et privés s’étant engagés à apporter 13,92 milliards de dollars (12,63 milliards d’euros). Plusieurs pays ont annoncé avoir revu leurs contributions à la hausse. Celle du Royaume-Uni s’élèvera désormais à 1,7 milliards de dollars, soit une hausse de 16% par rapport à il y a trois ans. Le Canada contribuera à hauteur de 700 millions de dollars (+15,7%) et le Danemark délivrera une enveloppe de 51 millions de dollars (+16%). Des efforts à saluer qui devrait encore améliorer les résultats du Fonds. Déjà depuis 2002, le nombre de décès annuels dus à ces trois maladies a reculé de 40% dans les pays où il a investit. Fin 2018, les programmes de santé qu’il soutenait ont permis de sauver 32 millions de vies à travers le monde. 

Dans un communiqué, l’organisation Solidarité Sida a salué "les efforts de la diplomatie française", dont l’"engagement fort permettra de sauver 16 millions de vies" sur les trois prochaines années. Selon elle, la totalité des fonds devrait contribuer à sauver 16 millions de vies, à réduire de moitié les taux de mortalité liés au VIH, à la tuberculose et au paludisme et à construire de nouveaux système de santé d’ici 2023. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires