La contraception bientôt gratuite pour les mineures de moins de 15 ans ? La contraception bientôt gratuite pour les mineures de moins de 15 ans ?

News

La contraception bientôt gratuite pour les mineures de moins de 15 ans ? par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 3 Octobre 2019

Chaque année en France, près de 1 000 jeunes filles, âgées de douze à quatorze ans, tombent enceintes. Des grossesses pour la plupart non désirées que le gouvernement a décidé d’encadrer. La contraception des mineures de moins de quinze ans pourrait donc bientôt être remboursée.

Selon le gouvernement français, 1 000 jeunes filles de douze à quatorze ans tombent enceintes en France tous le ans. "Parmi ces grossesses, 770 se concluent par une IVG", estime-t-il. C’est donc pour réduire le nombre de grossesses non désirées et d’interruptions volontaires de grossesse qu’Emmanuel Macron et ses ministres souhaitent étendre le remboursement de la contraception aux jeunes femmes de moins de quinze ans. Le coût des préservatifs et des pilules constitue statistiquement un frein majeur à la prise de contraception chez les (très) jeunes.

L’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 dévoilé par l’AFP ce mercredi 2 octobre 2019 stipule qu'une prise en charge intégrale des frais est envisagée alors que, pour le moment, elles doivent "supporter financièrement" le coût des contraceptifs, des consultations médicales et des examens. Une mesure qui étendrait le dispositif mis en place en 2013 pour les mineures de quinze à dix-sept ans qui, comme le rappelle le gouvernement dans le texte dévoilé par l’AFP, "bénéficient de la gratuité de la contraception prescrite par un médecin ou une sage-femme et de la dispense d'avance de frais sur ces soins", ainsi que de "la confidentialité de ces actes lorsqu'elles le souhaitent". Et qui est particulièrement efficace puisque le taux de recours à l’IVG a nettement baissé chez les principales concernées ces dernières années. Il est passé de 9,5 à 6 pour 1 000 entre 2012 et 2018.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires