Jeux Olympiques 2016 : quand l’Egypte affronte l’Allemagne au beach-volley

JO 2016 : le cliché de...

JO 2016 : le cliché saisissant de deux beach-volleyeuses fait le tour du web

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 9 Août 2016

Alors que l’Égypte et l’Allemagne s'affrontaient lors d'un match de beach-volley sur la plage de Copacabana, le 7 août 2016, aux Jeux Olympiques de Rio, un cliché a fait le tour du monde en un rien de temps. Un arrêt sur image saisissant.

A gauche : l’Egyptienne Doaa El-Ghobashi, en survêtement et hijab. A droite : l’Allemande Kira Walkenhorst, en bikini. Seulement un filet de beach-volley sépare les deux femmes, alors qu’elles s’affrontent dans un match effréné aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Et le contraste entre les deux tenues des joueuses est saisissant. L’instant a été capturé par la photographe britannique Lucy Nicholson, le 7 août 2016. Ni une, ni deux, le cliché a fait le tour des réseaux sociaux et a été amplement relayé. Son symbole ? L’unité des jeux et la paix entre les nations.

A noter : l’Egypte a envoyé pour la première fois de son histoire les deux premières représentantes de beach-volley féminin, Doaa El-Ghobashi et Nada Moawad. Les Egyptiennes ont toutefois été vaincues dans ce premier match du tournoi olympique en deux sets (21-15, 21-12) par les Allemandes Kira Walkenhorst et Laura Ludwig. Depuis 2002, les joueuses de beach-volley ne sont plus obligées de jouer en bikinis lors des compétitions. Et elles peuvent tout aussi bien concourir voilées. Seule contrainte ? Elles doivent obtenir l’accord de leur fédération.

Sarah Jobert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus