IVG : le Sénat prolonge le délai de l’avortement de deux semaines IVG : le Sénat prolonge le délai de l’avortement de deux semaines

News

IVG : le Sénat prolonge le délai de l’avortement de deux semaines par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 8 Juin 2019

Dans un Sénat quasiment vide, la sénatrice Laurence Rossignol a fait adopter ce vendredi 7 juin 2019 un amendement qui porte jusqu’à la fin de la quatorzième semaine de grossesse le délai légal de l’IVG. Un vote inattendu qui fait déjà débat.

Mise à jour du 12/06/2019 : Comme beaucoup l'avait prédit, le projet de loi sur l'IVG, porté par la sénactrice Laurence Rossignol, a finalement été refusé par la Chambre haute. Une alliance entre le gouvernement, défavorable à son adoption, et des députés et sénateurs Les Républicains a réussi à la faire annuler. Laurence Rossignol a dénoncé une "petite combine de procédure mise au point par le groupe LR et le gouvernement pour s’opposer à une avancée très attendue sur l’accès à l’IVG". Elle n'a d'ailleurs pas hésité à déclarer que "la grande cause égalité femme-homme du quinquennat n’aura pas fait illusion deux ans". De son côté, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a promis de recevoir prochainement des responsables du planning familial afin d'améliorer les conditions d'accès à l'interruption volontaire de grossesse en France.

Vote surprise au Sénat ce vendredi 7 juin 2019. La sénatrice Laurence Rossignol, ancienne Ministre des Droits des Femmes, a réussi à faire voter un amendement qui allonge le délai légal de l’avortement chirurgical. Une réforme qui, si elle est définitivement adoptée, porterait l'IVG par aspiration à quatorze semaines, et non plus à douze. Problème : cette décision a été prise dans un hémicycle quasiment vide et elle pourrait donc rapidement être remise en question, notamment par les députés de la majorité. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ayant déjà exprimé son avis défavorable quant à l’adoption de cette loi. Laurence Rossignol a quant à elle fait part de sa grande satisfaction : "C’est un vrai plus pour les femmes, face à la désertification médicale et aux difficultés d’accès à l’IVG", a t-elle déclaré. 

Grâce à cette décision inattendue, à laquelle même la porteuse du projet ne s’attendait pas, le Sénat a achevé l’examen complet du projet de loi Santé, et se prononcera donc sur l’ensemble du texte le 11 juin 2019. Pas sûr.e.s que tout le monde réussisse à se mettre d’accord d’ici là concernant l'IVG, tant cette avancée pour le droit des femmes fait débat entre l’Assemblée et le Sénat. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires