Des habitants d'Istanbul peignent les rues

Istanbul : des habitants repeignent la ville pour...

Istanbul : des arcs-en-ciel de peinture pour protester contre le gouvernement

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 6 Septembre 2013

A Istanbul en Turquie, la population repeint les rues en signe de protestation contre le système politique. Un mouvement pacifique surnommé "rainbow war", qui fait de plus en plus parler de lui.

###Twitter###Depuis la fin du mois d’août à Istanbul, des habitants repeignent des marches et certains passages de la métropole. Contrairement aux apparences, il ne s’agit pas d’un mouvement artistique, mais politique : l’objectif est de dénoncer le système politique turc, jugé trop rigide, et déjà contesté en juin sur la place Taksim. Ces manifestations avaient été sévèrement réprimées par la police turque, faisant plus de 8000 blessés, selon le bilan de l’association des médecins turcs.

Celui qui est à l’origine de cette idée s’appelle Huseyin Cetinel. Ce commerçant de 64 ans a d’abord commencé à peindre en bleu et vert un escalier dans le quartier de Cihangir, car il le trouvait trop "triste". Son but n’était pas d’exprimer ses revendications politiques, mais simplement de "faire sourire les passants". Mission accomplie ! Huseyin décide alors de continuer à peindre l’escalier de 200 marches, avec l’aide d’un ami, et ses 40 kilos de peinture. Les photos se multiplient sur les réseaux sociaux, les médias commencent à en parler… Le succès est au rendez-vous.

Mais le rêve est de courte durée. Le 30 août, des agents municipaux arrivent pour repeindre tout en gris.  Plutôt que de s’emporter, le commerçant, artiste à ses heures perdues, préfère ironiser : "Mais d’où vient tout ce gris ? Avons-nous vécu un nouveau Pompéi et avons-nous été couverts de cendre ?" Le gris est certainement la couleur la plus méprisée à Istanbul. Il s’agit de la couleur du pouvoir, qui a servie à repeindre les affiches et les graffitis de la jeunesse turque, au moment des manifestations de la place Taksim. Aujourd’hui, un nouveau slogan est né : "Nous continuerons jusqu’à épuisement de la peinture grise !"

Suite à la pression de la population, le maire de Beyoglu (district central d’Istanbul), Ahmet Misbah Demircan, organise un référendum pour savoir si les habitants désirent repeindre l’escalier, et la réponse est évidemment... Oui ! Le 31 août, les marches retrouvent leurs couleurs et depuis ce jour, d’autres rues de la ville ont été repeintes, en couleurs vives. La "rainbow war" est déclarée.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

Hélène Pagesy

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus