Intermarché va modifier 900 de ses recettes pour avoir une meilleure note sur Yuka Intermarché va modifier 900 de ses recettes pour avoir une meilleure note sur Yuka

News

Intermarché va modifier 900 de ses recettes pour avoir une meilleure note sur Yuka

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 16 Septembre 2019

Pour améliorer son score sur Yuka et afficher des nutri-scores entre A et C, le patron d’Intermarché a demandé à ses fournisseurs de modifier les recettes de leurs produits. Une première dans le milieu.

Qui n’a jamais eu le réflexe de scanner les produits qu’il achète en grande surface, grâce à l’application Yuka ? Arrivée dans nos smartphones depuis quelques mois, elle a peut-être révolutionné notre manière de consommer. Au point de titiller les plus grandes filiales françaises comme Intermarché. En effet, le 11 septembre dernier, le président de la célèbre marque aux mousquetaires a annoncé des mesures radicales : la marque va reformuler 900 recettes dans le but d’avoir un minimum de 50/100 sur Yuka mais aussi des nutri-scores affichés entre A et C. L’idée est de vouloir faire mieux consommer les clients.
Ce changement passe surtout par la suppression de pas moins de 140 additifs. Interrogés par L’Usine Nouvelle, deux responsables recherche et développement d’entreprises partenaires d’Intermarché ont témoigné. Dans une usine de crèmes glacées, il va ainsi falloir modifier 40 recettes et acheter de nouvelles matières premières, car les anciennes ne conviennent plus. Des achats qui ne sont pas sans conséquences sur le budget des entreprises. Dans la deuxième entreprise, ces surcoûts liés aux nouvelles exigences d’Intermarché sont estimé à environ 100 000 euros. 

Une décision coup de poing et assez radicale qui surprend, tant l’application Yuka n’est pas forcément toujours fiable. En effet, cette dernière analyse le produit de manière assez brute : quand il y a du sel, elle dira toujours que c’est trop salé. De même pour le sucre, et ainsi de suite. Bref, supprimons les mauvaises choses mais ne devenons pas esclaves de Yuka, pour ne pas vivre à la manière de Black Mirror

Mais on peut tout de même voir une pointe d'espoir dans cette décision : faire bouger les choses est finalement possible. Il "suffit" que le plus grand nombre s'y mette pour faire pression.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires