Harcèlement sexuel : un homme condamné pour outrage sexiste après des violences dans un bus Harcèlement sexuel : un homme condamné pour outrage sexiste après des violences dans un bus

News

Harcèlement sexuel : un homme condamné pour la première fois pour outrage sexiste par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 25 Septembre 2018

Dans la journée de jeudi 20 septembre 2018, dans un bus de l’Essonne, un homme a fait des attouchements et insulté une femme. Interpellé par la police puis jugé en comparution immédiate, l’individu est le premier à être condamné pour outrage sexiste depuis que la loi est entrée en vigueur en août.

300 euros et neuf mois de prison, dont six avec sursis. C’est ce à quoi a été condamné un homme accusé d’outrage sexiste vendredi 21 septembre dernier. Que s’est-il passé ? Dans un bus de l’Essonne, le trentenaire s’installe à côté d’une jeune femme et lui donne une fessée. Alors qu’elle se défend, il surenchérit en l’insultant : "T’as de gros seins, sale pute". Des actes qui ont immédiatement fait réagir le chauffeur, qui stoppe le véhicule, appelle la police et ferme les portes du bus en attendant les forces de l’ordre. Dans l’attente, l’homme violent s’en prend au conducteur.
Interpellé par la police et jugé en comparution immédiate, cet homme est le premier à être condamné pour ces faits, depuis que la loi portée par Marlène Schiappa est entrée en vigueur cet été. Il écope donc de neuf mois de prison, dont six avec sursis pour la fessée et les violences sur le chauffeur. Le sursis d’une peine précédente a été révoqué à hauteur de trois mois. Le condamné doit dont effectuer six mois en prison. En plus de ça, il est inscrit dès maintenant sur le fichier des personnes délinquantes sexuelles.

Ce matin, la Secrétaire d’Etat en charge de l’égalité femme-homme, Marlène Schiappa, a salué dans un tweet l’action du chauffeur de bus qui a permis d’arrêter l’agresseur. Elle a également ajouté : "Les lois sont vraiment utiles lorsqu’elles sont appliquées. Désormais, les agresseurs et harceleurs de rue doivent savoir que le temps de l’impunité est révolu". Enfin, cette histoire prouve bien que tout le monde doit se mobiliser contre le harcèlement et les violences de rue.

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus