L'appli de rencontre gay Grindr dévoile le statut VIH de ses utilisateurs L'appli de rencontre gay Grindr dévoile le statut VIH de ses utilisateurs

News

L'appli de rencontre gay Grindr dévoile le statut VIH de ses utilisateurs

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 3 Avril 2018

Lundi 2 mars 2018, le site Buzzfeed a révélé que l’appli Grindr aurait divulgué les données confidentielles de ses utilisateurs, notamment leur statut HIV, à des entreprises. Un scandale qui ne cesse de prendre de l’ampleur sur les réseaux sociaux...

Alors que Facebook peine à se remettre de l’affaire Cambridge Analytica (l'entreprise est soupçonnée d'avoir abusivement exploité les données personnelles de 50 millions de membres), c'est au tour de Grindr d'être dans la tourmente. L'appli gratuite de rencontres entre homosexuels, qui regroupe 3,6 millions d’usagers, est soupçonnée d’avoir révélé les données de géolocalisation, le statut HIV et la date du dernier dépistage de ses clients à deux entreprises partenaires. Des accusations qui font suite à une enquête de l’institut de recherche norvégien SINTEF, relayée par le site Buzzfeed.

Suite à la publication de l'article, Scott Chen, directeur de la technologie de Grindr, a blâmé les utilisateurs, en leur suggérant de mieux contrôler leur usage de l’application. "Nous donnons aux utilisateurs le choix de publier des informations sur eux (...). Il est clairement inscrit dans notre politique de confidentialité que, si vous choisissez d’entrer ces informations, elles deviendront elles aussi publiques. Par conséquence, vous devriez soigneusement réfléchir aux infos que vous publiez sur votre profil", explique-t-il dans un communiqué publié sur Tumblr. "Grindr n’a jamais vendu et ne vendra jamais d’infos personnelles identifiables (…) à des tierces parties ou à des annonceurs" précise-t-il. Mais selon Antoine Pultier, chercheur à l’institut SINTEF, les personnes sont en fait facilement identifiables, car leur statut VIH a été envoyé aux deux entreprises partenaires en même temps que leur localisation, leur numéro de téléphone et leur adresse e-mail.

Un appel au boycott largement partagé

De quoi susciter un tollé sur le Web et dans les assos de lutte contre le SIDA. L'Aides (organisation française de lutte contre le VIH et les hépatites virales) a ainsi lancé le hashtag #DeleteGrindr, pour encourager les inscrits à supprimer l’appli de rencontre."Il ne s’agit pas pour nous d’appeler à une réglementation des applications de rencontre qui serait de toute façon inefficace, explique l'asso. En revanche, les entreprises qui font leur beurre sur la sexualité de leurs clients se doivent a minima d’être exemplaires. Exemplaires sur la protection des données de leurs clients ET sur les enjeux évidents de prévention et de santé publique." Le 3 avril au soir, le hashtag #DeleteGrindr figurait parmi les trending topics en France.


Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus