GPA, PMA, FIN DE VIE… TOUS LES AVIS DU COMITÉ D’ÉTHIQUE GPA, PMA, FIN DE VIE… TOUS LES AVIS DU COMITÉ D’ÉTHIQUE

News

GPA, PMA, fin de vie… voici tous les avis rendus par le Comité d’éthique par Marine Decremps

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 25 Septembre 2018

Ce mardi 25 septembre 2018, le Comité consultatif national d’éthique a rendu ses avis sur la loi de bioéthique à venir. Favorable aux questions relatives à la procréation, qu’ont-ils conseillé quant à la fin de vie, l’auto-conservation des ovocytes, la possibilité de levée d'anonymat ? Réponses.

Sur la PMA (Procréation médicalement assistée). 
Déjà favorable en juin 2017, c’est sans surprise que le Comité a rendu un avis favorable concernant l’accès à la PMA pour les femmes seules et pour les couples de femmes. 

Sur la GPA (Gestation pour autrui). 
Le Comité s’est positionné contre la GPA. Il a déclaré dans son avis : "L’analyse des relations entre les intervenants dans le cadre d’une GPA a d’ailleurs montré un nombre important de risques et de violences, médicales, psychiques, économiques, observables dans toutes les GPA."

Sur l’auto-conservation des ovocytes.
Avec pour seule restriction la limite de l’âge, le Comité s’est positionné favorable à proposer à toutes les femmes qui en font le souhait de congeler leurs ovocytes en vue d’une utilisation future

Sur la levée de l’anonymat des donneurs de sperme. 
Après de nombreux débats, le Comité a déclaré dans son compte rendu de ce jour être favorable à cette levée de l’anonymat tout en nuançant : "Les modalités de cette levée devront être précisées et encadrées, dans les décrets d’application, notamment en respectant le choix du donneur."

Sur la procréation post-mortem. 
Le CCNE a révélé être d’accord avec une procréation, assistée bien sûr, réalisée post-mortem. Dans quels cas ? Rare, il s’agit d’une situation où une conjointe souhaiterait utiliser un embryon cryoconservé suite au décès de l’homme. 

Sur la fin de vie
Le Comité d’éthique recommande de ne pas modifier la loi Claeys-Leonetti de 2016 qui prévoit le droit à la sédation profonde et continue jusqu’au décès. En revanche il souhaite que celle-ci soit mieux connue et donc respectée. 

Pour aller plus loin, le compte rendu du CCNE est consultable sur www.ccne-ethique.fr

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus