Gênant : la PETA remplace des pénis par des légumes dans une pub malaisante Gênant : la PETA remplace des pénis par des légumes dans une pub malaisante

News

Gênant : la PETA remplace des pénis par des légumes dans une pub malaisante

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 17 Janvier 2019

Si on ne peut qu’applaudir la promotion d’une alimentation plus respectueuse de la planète et des animaux, la dernière pub de la PETA britannique fait un flop. A l’image des pauvres légumes utilisés dans le spot, qui s’agitent mollement devant nos yeux effarés...

Comme nous, vous avez adoré la pub Gillette contre la masculinité toxique ? Malheureusement, la version de la PETA britannique loupe le coche, et pas qu’un peu. Le pitch ? "La masculinité traditionnelle est morte. Le secret des performances sexuelles, ce sont les légumes", explique l’association de défenses des animaux dans un tweet publié le 16 janvier 2019. Une incitation à devenir vegan qui s’accompagne d’une vidéo, où l’on voit des hommes agiter leurs organes génitaux… Qui ont été remplacés par des carottes et des courgettes, entourées de touffes de cresson.


Au-delà du ridicule de ce concours de quéquetes végétales, on reste dubitatives devant un spot censé dénoncer la masculinité hégémonique, tout en employant des codes hétéro-virilistes – exhibition, agressivité, femmes qui se trémoussent… Quant à l’emploi de légumes XXL et de l’incitation à doper ses "performances", ils renvoient aux pires clichés sur la sexualité masculine (mais qui croit encore, en 2019, que "plus c’est long, plus c’est bon" ?) C’est donc en toute logique que la campagne est devenue la risée du Web, les carnistes bourrins appelant à manger un bon steak en représailles, les défenseurs d’un masculin alternatif (et du bon goût) demandant à la Peta ce qu’elle avait dans la tête. Un petit pois, peut-être ?

C.C-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires