Féminicides : Marlène Schiappa annonce un "Grenelle des violences conjugales" en septembre 2019 Féminicides : Marlène Schiappa annonce un "Grenelle des violences conjugales" en septembre 2019

News

Féminicides : Marlène Schiappa annonce un "Grenelle des violences conjugales" en septembre 2019 par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Dimanche 7 Juillet 2019

Accusée de ne pas faire assez pour les femmes victimes de violences, Marlène Schiappa vient d’annoncer la tenue d’un "Grenelle des violences conjugales" en septembre 2019. Une annonce qui intervient au lendemain de la marche contre les féminicides organisée à Paris par les associations de défense des droits des femmes.

Pour répondre aux messages l’accusant de ne pas aller assez vite et assez loin sur le dossier des femmes victimes de violence, la secrétaire d'État à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a pris la parole dans un entretien accordé au Journal du dimanche le 7 juillet 2019. Elle a annoncé l’ouverture d’un "Grenelle des violences conjugales" en septembre 2019. Une annonce faite au lendemain de la marche parisienne organisée par la Fondation des femmes et plusieurs autres associations de défense des droits des femmes, qui dénonçait le manque d’action du gouvernement pour faire face au nombre grandissant de féminicides en France. En 2019 et alors que l’année est loin de toucher à sa fin, 74 femmes sont mortes sous les coups de leurs conjoints ou ex-conjoints en France.

À en croire Marlène Schiappa, ce Grenelle "réunira les ministres concernés, acteurs de terrain, services publics, associations, familles de victimes" et "Brigitte Macron s'engagera" personnellement dans ce dossier. Elle précise également qu’il sera "accompagné d’une mobilisation nationale avec une grande consultation citoyenne, et une campagne pour interpeller toute la société". "Nous avons fait appel à des influenceurs - la ­romancière Tatiana de Rosnay, l’animateur ­Christophe ­Beaugrand, le président du ­Festival de Cannes Pierre ­Lescure, la comédienne Vanessa Demouy, la journaliste Daphné Bürki, ­Aurélie Saada du groupe Brigitte, des youtubeurs - qui participeront à des clips d’alerte", a-t-elle ajouté.

L’évènement débutera donc le 3 septembre 2019, "en écho au numéro 3919", la ligne téléphonique consacrée aux femmes victimes de violences. Il devrait prendre fin le 25 novembre 2019, une date symbolique puisque c'est la Journée Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Son but selon la secrétaire d’État : "construire des mesures encore plus efficaces, au plus près du terrain". De son côté, le Président de la République, Emmanuel Macron, a reconnu dans un message posté sur Facebook quelques heures après la marche organisée à Paris, que "la République n’avait pas su (...) protéger" ces femmes et qu’elle se devait "de protéger toutes celles dont la vie est aujourd’hui en danger". On ne peut que l’encourager à enfin aller dans ce sens. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires