Étude : trop réfléchir pourrait réduire l’espérance de vie Étude : trop réfléchir pourrait réduire l’espérance de vie

News

Étude : trop réfléchir pourrait réduire l’espérance de vie par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 20 Octobre 2019

Il contrôle nos émotions, nos sensations, nos pensées… Mais à en croire une nouvelle étude, notre cerveau agit aussi sur notre espérance de vie, et pas de manière positive. Trop réfléchir pourrait même nous faire perdre quelques années. Explications.

Voir, sentir, parler, penser, entendre… Le cerveau est à l’origine de toutes les actions humaines et est absolument nécessaire au bon fonctionnement de l’Homme. L’activité cérébrale est tellement indispensable chez l’humain, qu’il paraît invraisemblable qu’elle puisse aussi lui être néfaste. C’est pourtant ce que vient de démontrer une étude, menée par une équipe de chercheur.se.s de la prestigieuse université Harvard Médical School et publiée le 16 octobre 2019 dans la revue scientifique Nature. Notre meilleur allié pourrait s’avérer être notre pire ennemi si nous le faisons trop fonctionner. Difficile à croire, même pour Nature qui a demandé des recherches plus poussées pour pouvoir publier cette enquête. C’est donc ce qui a été fait pendant deux ans, mais les résultats sont restés les mêmes : trop réfléchir pourrait réduire l’espérance de vie.

Pour mener à bien leur projet, les chercheur.se.s ont réalisé des essais sur des souris et sur des personnes décédées entre 60 et 100 ans. Ils/elles se sont alors rendu.e.s compte que plus l’activité neuronale est intense, plus le corps vieillit vite et plus l’espérance de vie réduit. Une étude qui effraie mais qui a été confirmée par d’autres recherches préalables qui ont par exemple prouvé que la méditation était bénéfique pour lutter contre la maladie d’Alzheimer puisqu’elle permet au cerveau de se reposer. Plus largement, toute activité permettant de mettre les neurones en veille garantirait une vie plus longue ou permettrait d’éviter un vieillissement prématuré. Vous savez ce qu’il vous reste à faire. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires