Etude : si vous êtes égocentrique, c’est à cause de votre cerveau Etude : si vous êtes égocentrique, c’est à cause de votre cerveau

News

Etude : si on est égocentrique, c’est à cause de notre cerveau

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 10 Mai 2019

C'est dans la revue "Psychological" Science qu'un professeur de neuroscience est arrivé à cette conclusion. Le cerveau nous dicte de se préoccuper de nous en priorité. Explications.

Vous ne pouvez pas vous empêcher de vous focaliser sur vous-même ? Vous centrez l’attention sur vous dès que vous entendez votre prénom ? Rassurez-vous, cela n’est pas une marque d’impolitesse, mais plutôt une injonction de la part de votre cerveau. C’est ce que rapporte une étude publiée par la revue Psychological Science : dès qu’une idée est associée à notre personne, nous y pensons plus vite qu’à n’importe quelle autre.

C’est ce que l’on appelle l’effet cocktail party comme le rapporte Slate. Ce concept connu en psychologie dans les années 1950 montre que, dans une pièce bruyante ou sur une image encombrée, nous détectons parfaitement bien notre nom ou notre visage.

Cette expérience menée sur 102 personnes s'est découpée en plusieurs phases pour en arriver à cette conclusion. Tout d’abord, les volontaires ont dû apprendre à associer les couleurs bleu, vert et violet aux termes "ami","étranger" ou "moi" dans un petit jeu informatique.

Ensuite, deux points de couleurs différentes se sont misent à clignoter brièvement à l'écran. Après une pause de cinq secondes, pendant laquelle les sujets doivent se rappeler des emplacements et des couleurs des points apparus précédemment, un point noir arrive sur l'écran. Ils doivent alors indiquer si le point noir clignote au même endroit que l'un des points colorés et, le cas échéant, à quel label il est associé.

Le résultat est sans appel : les cobayes ont identifié les points "moi" nettement plus rapidement que les points "ami" ou "étranger". Ce qui signifie que leur mémoire s'était focalisée sur les points affichant leur couleur. "Il s'agit donc visiblement d'un automatisme : nous ne pouvons pas faire autrement que de prioriser les stimulus qui nous sont associés", a commenté Tobias Egner, professeur de neuroscience à l’origine de l’étude.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires