News

Etude : pour une femme, l'endroit le plus dangereux est son domicile par Anaïs Robert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 26 Novembre 2018

Publié dimanche 25 novembre 2018 à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, un rapport de l’ONU souligne que dans le monde, six femmes sont assassinées toutes les heures par quelqu’un de leur entourage.

Où est-ce qu’une femme est le plus en danger : chez elle ou seule, dehors la nuit ? La réponse semble évidente et elle est pourtant contredite par un rapport de l’ONU et des chiffres qui font froid dans le dos. Sur les 87 000 femmes assassinées dans le monde en 2017, 50 000, soit plus de la moitié, ont été tuées par leur compagnon ou des membres de leur famille. Le domicile est ainsi "l’endroit le plus dangereux pour une femme".

Pour les femmes, les continents plus meurtriers sont l’Afrique et l’Amérique. A contrario, l’Europe enregistre le taux de féminicides le plus bas, ce qui n’empêche pas qu’en France, 109 femmes sont mortes en 2017, assassinées par leur conjoint ou quelqu’un de leur entourage. Mais malgré ces chiffres alarmants, le rapport souligne qu’ "aucun progrès tangible" n’a été fait pour lutter contre ces meurtres et ce, "en dépit de législations et de programmes développés pour éradiquer les violences contre les femmes". L’ONU préconise donc d’améliorer la coordination entre la police et la justice afin que les auteurs de ces actes en soient tenus pour responsables et conseille d’éduquer les petits garçons, le plus tôt possible. En effet, selon Iouri Fedotov, le chef du bureau des Nations unies derrière ce rapport, "les femmes continuent à payer le prix le plus élevé en termes d'inégalités hommes-femmes, de la discriminations et des stéréotypes négatifs".  L'enquête décompte également 25 hommes tués par leur compagne ou ex, ces dernières étant, dans la majorité des cas, victimes de violences conjugales.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus