Etude : les hommes qui ont des filles scolarisées seraient moins sexistes Etude : les hommes qui ont des filles scolarisées seraient moins sexistes

News

Etude : les hommes qui ont des filles scolarisées seraient moins sexistes par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 16 Décembre 2018

Bonne nouvelle : les mentalités masculines évoluent…, même en matière de sexisme ! Selon une récente étude anglaise, les hommes qui ont des filles en âge d’aller à l’école seraient moins sexistes que les autres.

"Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on fasse à tes propres enfants". Voilà qui résume bien ce qui émane de la dernière étude de la London School of Economics, parue dans la revue Oxford Economic Papers le 14 décembre dernier. Afin de mieux connaître l’impact du sexisme chez les hommes, des chercheurs anglais ont collecté des données d’un panel de 5 000 hommes entre 1991 et 2012. Et bonne nouvelle : si vous avez un frère ou un cousin sexiste, il pourrait changer de discours une fois devenu père. Mieux vaut tard que jamais après tout.

Selon les scientifiques, le discours des hommes sur les femmes a tendance à changer quand ces derniers connaissent la paternité. Plus précis encore, ceux qui ont des filles scolarisées sont moins sexistes que ceux qui n’ont pas (encore) d’enfants. Les chercheurs ont ainsi demandé aux participants de donner leur avis sur deux affirmations datées : "le rôle d’un mari est de ramener de l’argent dans le foyer" et "celui d’une femme est de veiller au bon fonctionnement de la famille, et de la maison". Et les résultats sont assez parlants. Quand 37% des hommes qui n’ont pas d’enfants semblent d’accord avec ces déclarations, seuls 33% des hommes qui ont des filles scolarisées y adhèrent également, la plupart se sentant trop concernés par le problème pour penser de la sorte. Une différence qui paraît minime, mais qui prouve tout de même qu’en matière de sexisme, une évolution est possible. Et ce n’était pas gagné d’avance. 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires