Etude : les aînées ont plus de chance d’être en surpoids que leur petite sœur Etude : les aînées ont plus de chance d’être en surpoids que leur petite sœur

News

Etude : les aînées ont plus de chance d’être en surpoids que leurs petites sœurs par Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Dimanche 1 Avril 2018

Selon une étude menée sur des sœurs en Suède, la plus grande a plus de chance d’être un jour en surpoids. Finalement, c’est pas si mal d’être la petite dernière.

Si les plus jeunes enfants de la famille ont un jour pu souffrir de l’humiliation subie chaque matin lorsqu'ils devaient enfiler les vêtements que leurs aînés avaient portés avant eux, Il se pourrait qu’au final, ce ne soit pas si naze d'être la plus jeune de la fratrie. D’après une étude publiée dans le Journal of Epidemiology & Community Health, le premier enfant aurait plus de chance que ses petits frères et sœurs d’être un jour en surpoids. Pour obtenir ce constat, les chercheurs de Nouvelle-Zélande et de Suède ont analysé les dossiers médicaux de plus de 13 000 sœurs suédoises, en suivant leur évolution pendant 20 ans. Résultat ? Les grandes sœurs ont 29 % de chance en plus d’être en surpoids. Pire, elles ont 40 % de probabilité en plus d’être un jour obèse comparé à leurs petites sœurs. L’étude montre également qu’à la naissance, les aînées étaient en général légèrement plus grandes pour finalement être beaucoup plus grande que leur petite sœur une fois la taille adulte atteinte.

Si ces recherches ne se sont concentrées que sur des duos de sœurs, d’autres études ont montrés que les résultats étaient semblables pour les hommes. Elles ont ainsi révélé que le premier enfant a plus de risques de souffrir de certaines maladies, comme le diabète ou l’hypertension artérielle. Pour certains scientifiques, cela s'expliquerait par le degré nutritionnel dans l’utérus ou dans le placenta avant la naissance. Alors, contente d'être la plus jeune ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus