Etude : le tabagisme pourrait affecter la santé mentale et conduire à la dépression ou à la schizophrénie Etude : le tabagisme pourrait affecter la santé mentale et conduire à la dépression ou à la schizophrénie

News

Le tabagisme pourrait affecter la santé mentale et conduire à la dépression ou à la schizophrénie

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Vendredi 8 Novembre 2019

Comme s’il n’existait déjà pas suffisamment de raisons d’arrêter la cigarette, en voilà une nouvelle qui devrait encore faire pencher la balance. Une étude suggère qu’il existerait un lien entre le tabac et la dépression ou la schizophrénie.

Ce n’est pas une surprise, fumer des cigarettes peut être à l’origine de nombreux problèmes de santé. Une récente étude publiée dans la revue Psychological Medicine révèle même que cela pourrait causer de sacrés dommages au niveau de la santé mentale et mener plus facilement à la dépression ou à la schizophrénie. Le paradoxe étant que bien souvent ce sont celles et ceux qui souffrent de troubles psychiques qui dont susceptibles de commencer à fumer afin de se "détendre" et "soulager leur stress". Or c’est en fait l’effet inverse qui se produit et au lieu de véritablement s’aider, ces personnes ne font en réalité qu’empirer leur cas. 

Afin de mener à bien leurs recherches, les chercheurs ont comparé deux groupes de patients, l’un atteint de schizophrénie et l’autre de dépression majeure. C’est de cette façon qu’ils ont pu déterminer si le risque de développer l’une de ces pathologies était lié aux variantes génétiques causées par le tabagisme. 
Ainsi, les résultats ont indiqué que le fait de commencer à fumer et de continuer à le faire très fréquemment est effectivement susceptible de conduire plus facilement à la dépression ou à la schizophrénie. Et cela même si vous arrêtez définitivement ou pendant une longue période avant de reprendre vos mauvaises habitudes. Par exemple, une personne qui fume 20 cigarettes par jour pendant 15 ans puis qui arrête de le faire pendant 17 ans aura même deux fois plus de chances de développer l’un de ces deux troubles que quelqu’un qui n’a jamais fumé. 

Toutefois l’étude mérite d’être un peu plus approfondie car elle présente encore quelques limites. Notamment sur la façon dont le tabagisme augmenterait les risques de déclin de la santé mentale. Il est évoqué que cela pourrait être dû à la nicotine et son influence sur les voies cérébrales. Dans ce cas les cigarettes électroniques, qui en contiennent aussi, devraient elles aussi être incriminées. 
Il n’empêche que cette découverte ne fait qu’appuyer les effets nocifs du tabac et elle s'avère particulièrement utile en matière de prévention surtout à destination d’un public jeune qui serait tenté de goûter à leur première cigarette et de commencer à fumer.
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires