Étude : le sommeil permet d’oublier les souvenirs inutiles Étude : le sommeil permet d’oublier les souvenirs inutiles

News

Étude : le sommeil permet d’oublier les souvenirs inutiles par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 28 Septembre 2019

Aucune étude n’avait encore réussi à expliquer pourquoi nous oublions certains détails de nos vies. C’est désormais chose faite. Verdict : ce phénomène est en partie dû au sommeil. Explications.

Jusqu’à présent, rien ne permettait d’expliquer pourquoi certains souvenirs semblaient gravés en nous tandis que d’autres s’évaporaient très rapidement. Des scientifiques américains et japonais se sont donc penché.e.s sur la question et, bonne nouvelle : ils/elles tiennent l’explication ! Les résultats de leur enquête viennent d’être publiés dans la revue spécialisée Science

Selon eux, ce procédé de tri s’effectue au cours de notre sommeil grâce à l’activation des neurones HMC, des cellules liées à l’hormone de mélano-concentration. Ils se stockent dans l’hippocampe, la partie du cerveau qui secrète les hormones et, à en croire les chercheurs.ses, se libèrent lors du sommeil paradoxal entraînant un nettoyage immédiat de notre mémoire. Ce qui permet donc au cerveau de se débarrasser des souvenirs qu’il juge moins pertinents. 

Une découverte fondamentale pour la compréhension du fonctionnement humain que les scientifiques ont pu faire grâce à des tests réalisés sur des souris. En leur injectant un liquide chimique, ils/elles se sont rendu.e.s compte que les neurones HMC n’affectaient la mémoire que lorsqu’ils étaient activés pendant le sommeil paradoxal. "Ces résultats suggèrent que les neurones HMC aident le cerveau à oublier activement de nouvelles informations, probablement sans importance", explique Thomas Kilduff, directeur du Centre de la neuroscience à SRI International en Californie. "Comme les rêves se produisent principalement pendant le sommeil paradoxal- la phase de sommeil durant laquelle les cellules HMC s’activent-, celles-ci peuvent empêcher le contenu d'un rêve d'être stocké dans l'hippocampe. Par conséquent, le rêve est rapidement oublié", conclut-t-il. Tout s’éclaire. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires