Sondage : 30% des hommes pensent que l'affaire Weinstein complique leur relation avec les femmes

Pour 30% des hommes...

Sondage : pour 30% des hommes l'affaire Weinstein complique leur relation avec les femmes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Le magazine GQ publie mercredi 31 janvier un sondage d'Ipsos consacré aux relations homme-femme d'un point de vue masculin. Les réactions sont mitigées face à la libération de la parole des femmes. Tandis que certains la craignent, d'autres la soutiennent.

"Sexe : prêts pour la nouvelle aventure ?" : c’est la question que balance GQ en Une de son nouveau numéro, dans les kiosques le mercredi 31 janvier 2018. Pour ce dossier, le magazine français s’est appuyé sur un sondage mené par le groupe Ipsos Interactive sur un échantillon de 800 hommes âgés de 18 à 65 ans. L’étude révèle d’abord le malaise général ressenti par les hommes : 30% d’entre eux sont convaincus que l’affaire Weinstein complique les relations qu’ils entretiennent avec les femmes. Forcément, ce scandale hollywoodien a eu un retentissement international, jusqu’aux réseaux sociaux lorsque les femmes victimes d’agressions et d'harcèlement sexuel ont dénoncé publiquement leurs agresseurs.

Dans ce sondage, d'autres idées préconçues sont passées au crible. Tandis que près des trois quarts des participants pensent que les femmes sont attirées par les hommes de pouvoir (un petit complexe d’infériorité, peut-être ?), 81% d’entre eux estiment que les rapports sexuels doivent être, avant tout, un plaisir partagé. Autre révélation du sondage : environ 80% des Français souhaiteraient que les femmes soient plus séductrices. Chez les 51-65 ans, ils sont 84% à vouloir que leurs targets fassent le premier pas. 

Pas question pour autant d'accepter que les femmes se fassent importuner. Le 29 janvier, l’essayiste Raphaël Glucksmann et le réalisateur Michel Hazanavicius ont apporté leur soutien au mouvement #MeToo dans un texte publié dans Le Nouveau Magazine Littéraire, qu’ils intitulent "#WeToo" ("nous aussi"). Un manifeste qui s’oppose à la tribune des 100, signée, entre autres, par Catherine Deneuve. Mardi 30 janvier, d’autres hommes ont pris la plume à leur tour, dans Le Monde. "En tant qu’hommes, nous jugeons le moment venu d’exprimer notre solidarité avec ce mouvement de libération de la parole des femmes, de révolte contre les violences sexuelles et sexistes, et de dénonciation des privilèges et abus masculins", écrivent-ils. Comme quoi, les mentalités évoluent. 

Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.