Etats-Unis : mais qui est la femme qui a gravi la Statue de la Liberté ? Etats-Unis : mais qui est la femme qui a gravi la Statue de la Liberté ?

News

Etats-Unis : mais qui est la femme qui a gravi la Statue de la Liberté ? par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 6 Juillet 2018

Notre nouvelle héroïne s’appelle Therese Okoumou. La raison : contre la politique migratoire de Donald Trump, cette militante vient de gravir la Statue de la Liberté. OKLM.

Elle s’appelle Therese Patricia Okoumou et elle vient de devenir notre idole. Le 4 juillet 2018, jour de la fête Nationale aux Etats-Unis, cette militante anti-Trump naturalisée américaine a protesté contre la politique migratoire stricte de Washington en escaladant le piédestal de la Statue de la Liberté, sans pression. Après avoir évacué Liberty Island, l’île où se situe le monument, les autorités ont tenté d’arrêter la militante : en véritable badass, elle leur a annoncé qu’elle ne bougerait pas tant que tous les enfants migrants, détenus par l’agence de l’Immigration américaine (ICE), n’étaient pas libérés. Peu après son arrestation, Therese Patricia Okoumou a été inculpée de plusieurs chefs d’accusation dont violation de propriété privée et trouble à l'ordre public. Des infractions passibles de six mois de prison. Elle attend désormais son jugement pour le 3 août 2018.

Rappel : depuis avril, environ 2 000 enfants migrants ont été séparés de leurs parents, pour avoir traversé la frontière séparant le Mexique des Etats-Unis illégalement.  Une conséquence directe de la politique "tolérance-zéro" de Donald Trump qui avait ému et indigné le monde entier, même la planète people. Heureusement, il y a des gens comme Therese Patricia Okoumou pour faire bouger les lignes. Sur les réseaux sociaux, elle fait désormais partie de ces nombreuses femmes qui n’ont pas hésité à se rebiffer pour la bonne cause. Big up à elle !

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus