Etat civil : Paris va remplacer "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" Etat civil : Paris va remplacer "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2"

News

Etat civil : Paris va remplacer "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" par Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

L’Etat français serait-il en train de s’adapter aux nouvelles réalités familiales ? Il semble que oui. Désormais, la Mairie de Paris va changer les champs "père" et "mère" par "parent 1" et "parent 2" sur ses actes d’état civil. Explications.

Ce mercredi 21 mars 2018, la conseillère de Paris, Danielle Simonnet, a fait voter un vœu pour remplacer les mentions "père" et "mère" par les termes "parent 1" et "parent 2", sur les formulaires de demandes d’actes d’état civil. Une mesure qu’elle juge nécessaire pour cesser toute discrimination envers les couples homosexuels, qui représentent environ 3% des unions en France. "Il est anormal que la plateforme de l'administration ne permettent pas aux parents vivant aux couples de même sexe de faire les démarches administratives comme les autres", a déclaré dans son texte l’élue de la France insoumise. Pour elle, cela "représente une rupture d'égalité devant l'administration." Contre toute attente, la disposition a été votée à l’unanimité par les conseillers présents. Bruno Julliard, premier adjoint au maire, espère quant à lui que les services compétents vont modifier les formulaires le plus rapidement possible.

Dans le combat vers plus d’égalité de genre, le Canada va même plus loin. Mercredi dernier, les employés du service public ont reçu la consigne de ne plus utiliser les termes "Madame" ou "Monsieur" lorsqu’ils discutent avec les citoyens. Car pour l’administration de Justin Trudeau, "il s’agit d’une question de respect." Comme l’a révélé Radio-Canada, "il sera d'usage de demander sa préférence à l'interlocuteur avant de l'appeler 'Madame' ou 'Monsieur'. Ou, pour aller plus vite, de l'appeler par son nom et prénom." Le problème pointé par certains ? L’absence de ces termes lorsque l’on s’adresse à quelqu’un est souvent considéré comme de l’impolitesse. Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social au Canada, a alors tenu à préciser que l’administration continuerait d’employer les termes Madame/Monsieur  : "Nous vérifions simplement comment les gens souhaitent qu’on s’adresse à eux." Il s'est également féliciter que "l'administration reconnaisse la diversité de la population canadienne et s’adapte aux réalités des familles du 21e siècle." L'administration française va-t-elle faire de même ? Affaire à suivre. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.