Est-ce la fin du Quartier Rouge à Amsterdam ? Est-ce la fin du Quartier Rouge à Amsterdam ?

News

La maire d'Amsterdam souhaite retirer les travailleurs du sexe des vitrines Quartier Rouge

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 5 Juillet 2019

Ce mercredi 4 juillet, la maire de la ville d’Amsterdam a lancé une grande consultation auprès des habitants pour repenser le Quartier Rouge et notamment protéger les travailleuses du sexe.

La maire d’Amsterdam, Femke Halsema, a lancé une consultation citoyenne ce mercredi 4 juillet, pour discuter de l’avenir du célèbre Quartier Rouge. A travers elle, elle appelle les habitants et les travailleur.se.s du sexe à se prononcer sur les 330 vitrines aux néons rouges qui ornent l’ancien quartier médiéval. La maire écolo souhaiterait en effet envisager des mesures fortes pour lutter contre le trafic humain en hausse mais également contre l’attitude déplacée des touristes. Parmi les 15 millions qu’Amsterdam compte chaque année, il y en aurait en effet beaucoup qui prendraient des selfies devant les vitrines et les travailleuses du sexe, les exposant ainsi sur les réseaux sociaux. Sans leur consentement, bien sûr. "Je crois que beaucoup de femmes qui travaillent dans le Quartier rouge se sentent humiliées", a estimé Femke Halsema

Quelle sont alors les propositions de la maire ? L’arrêt des vitrines ou une relocalisation dans une "zone érotique dédiée" où les entrées sont sécurisées. Des idées qui ne satisfont pas du tout les travailleur.se.s du sexe, qui souhaitent continuer dans leurs maisons closes. D’après franceinfo qui cite le journal Het Parool, certaines travailleuses du sexe s’inquièteraient notamment de perdre leur clientèle dans ces conditions. "Relocaliser ces endroits n’est pas une option, l’une d’elle a témoigné. Les clients ne sauront pas où (nous) trouver."
Le travail du sexe est légalisé aux Pays-Bas, permettant aux travailleur.se.s de bénéficier du chômage et de payer des impôts. Il rapporterait d’ailleurs presque 100 millions de dollars par an. La proposition de la maire ne tient donc pas tant d’une volonté d’arrêter la prostitution - elle voudrait simplement mieux la contrôler - que de faire revivre le quartier médiéval où se situe le Quartier Rouge, car il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Il ne reste maintenant plus qu’à trouver une solution pour (continuer à) faire cohabiter les deux. 

A.L

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires